Un déconfinement très progressif

Le 11 mai correspond à la fin du confinement le plus strict, mais de nombreux établissements resteront fermés, au moins jusqu’au début du mois de juin. S’il sera désormais possible de se déplacer sans attestation, il faudra continuer de respecter des mesures sanitaires et des règles de distanciation sociale très strictes.  La distinction entre les zones « rouges » et les zones « vertes » déterminera la sévérité des restrictions en vigueur.

Des commerces autorisés à rouvrir sous certaines conditions et d’autres fermés à minima jusqu’au 2 juin

Distanciation physique, nombre de personnes limité dans les magasins, protections des salariés et port du masque pour les employés figurent parmi les mesures imposées par le plan de déconfinement présenté par Édouard Philippe le 28 avril dernier pour la réouverture des commerces dès le 11 mai, dans les zones vertes et rouges.

Suite à la crise du coronavirus et après cette période de confinement, les salons de coiffure et les instituts de beauté pourront également rouvrir en respectant des règles sanitaires très encadrées. Les commerçants pourront refuser l’entrée de leur magasin aux clients ne portant pas de masques.
Cependant, cinémas, théâtres, restaurants, cafés et bar restent pour l’instant fermés, à minima jusqu’au 2 juin, date à laquelle de nouvelles règles devraient entrer en vigueur, sur la base des résultats des dernières semaines. Les professionnels des activités sportives (salles de sport, piscines, gymnases, cours collectifs…) sont eux aussi contraints de garder leurs portes closes pour l’instant.
Concernant les commerces situés dans les centres commerciaux de plus de 40 000 m2, la réouverture sera soumise à appréciation des préfets, qui pourront fermer ces centres commerciaux s’ils considèrent que ces derniers possèdent une zone de chalandise trop large.

Les espaces en plein air plébiscités

Dans les zones vertes, forêts, parcs et jardin pourront ouvrir dès le 11 mai. Une bouffée d’air pour de nombreux Français privés de jardins ou de balcons. Dans les départements classés rouges, seules les forêts seront accessibles. L’ouverture des parcs et jardins se décidera après le 2 juin, en fonction de la circulation de l’épidémie de coronavirus dans le département.

Quid des transports en commun ?

À partir du 11 mai, finit les attestations dérogatoires de déplacements ! Les déplacements seront autorisés dans l’espace public. Dans les transports en commun, le port du masque devient obligatoire. Cependant, la distanciation sociale peut ici être difficile à maintenir, surtout en heure de pointe. C’est pourquoi l’usage des métros, trams et bus sera réservé aux trajets entre le domicile et son travail ou son école et pour se rendre à des rendez-vous médicaux.

S’il sera donc possible de retourner sur son lieu de travail, le télétravail doit rester en vigueur partout où cela est possible. Dans les cas où ce ne serait pas possible, les horaires décalés sont à privilégier, afin de limiter les flux de voyageurs simultanés.

Concernant les déplacements à plus de 100 km de son domicile, une attestation garantissant le motif impérieux, familial ou professionnel, est nécessaire. Les taxis et VTC pourront quant à eux exercer une activité normale, mais devront limiter le nombre de personnes dans le véhicule et imposer le port du masque à bord des véhicules non équipés d’une vitre en Plexiglas entre le chauffeur et le passager.

L’inconnu autour de l’ouverture des écoles

Les écoles demeurent toutefois au centre de toutes les interrogations. Il est pour l’instant prévu une réouverture des crèches dans la limite de 10 enfants par classe et des écoles maternelles et primaires dans la limite de 15 enfants et dans le respect des gestes barrières.
Concernant les collèges, ils devraient rouvrir uniquement dans les zones à faible circulation épidémique et cette réouverture concerne uniquement les classes de 6e et de 5e. Cependant, ces réouvertures restent soumises à l’appréciation des maires. Un casse-tête donc pour les parents qui pourraient retourner travailler à partir du 11 mai.

Il faut aussi garder en tête, comme le gouvernement l’a répété ces derniers jours, que la date du 11 mai n’est en rien gravée dans le marbre et tout relâchement des règles de confinement pourrait entrainer une remise en cause du déconfinement, si le virus venait à progresser au cours des prochains jours. Quant aux zones vertes et rouges, la carte définitive sera dévoilée jeudi 7 mai. Beaucoup d’incertitudes demeurent donc et les jours à venir seront décisifs pour déterminer les conditions du déconfinement progressif.