Jeudi soir, deux nouvelles permanences de députés La République en marche (LREM) ayant voté pour la ratification du Ceta ont été visées en Haute-Garonne. Des agriculteurs anti-Ceta ont muré les locaux de Corinne Vignon à Toulouse, avant de déverser du fumier devant la permanence de Monique Iborra, puis devant la préfecture du département. Vers minuit, ils ont posé une dizaine de parpaings devant la permanence de Corrine Vignon, condamnant la porte d'entrée. 

Cibles d'insultes ou de violences au plus fort de la crise des "gilets jaunes" cet hiver, les parlementaires de la majorité sont de nouveau visés. Une quinzaine de permanences ont été murées, taguées ou vandalisées. La permanence de Rémy Rebeyrotte (Saône-et-Loire) a été prise pour cible dès le lendemain du scrutin. Dans le Val-d'Oise, trois permanences de députés LREM ont été taguées en 24 heures. Samedi dernier, à Perpignan, la permanence de Romain Grau, député LREM des Pyrénées-Orientales, a été saccagée en marge d'une manifestation des "gilets jaunes". Les locaux de Jean-Baptiste Moreau (Creuse) ou encore Barbara Bessot-Ballot (Haute-Saône) ont aussi été visés.