De l'idée au projet

La Rédaction
, Les Echos Publishing - 13/01/2017

Nos dossiers pro
19 min de lecture

À la base de toute création d'entreprise, il y a une idée, clé de voûte de la réussite du projet. Cette idée peut être celle du créateur lui-même, ou un concept mis au point par d'autres personnes, qu'il va développer grâce à des accords juridiques, comme le contrat de franchise. La concrétisation de cette idée par la création d'une entreprise est ensuite étroitement liée à la motivation du créateur, qui doit être prêt à s'investir pleinement. Son parcours sera en effet semé d'embûches très diverses qu'il lui faudra surmonter. Il importe donc que le choix de l'activité et ses modalités d'exploitation soient totalement en adéquation avec le projet personnel du futur chef d'entreprise.

De l'idée au projet
1 - Définition et analyse critique de l'idée

L'idée peut avoir de nombreuses origines : elle peut être née de l'expérience professionnelle du créateur, d'un savoir-faire, d'une formation initiale lui ayant permis d'acquérir les compétences indispensables, ou encore de simples circonstances lui ayant offert l'opportunité de se lancer. Dans tous les cas, le créateur doit faire preuve d'esprit critique et rechercher en toute objectivité les forces et surtout les faiblesses de son projet. À tout moment, il lui faut rester vigilant pour ne pas se laisser emporter par son idée et ne pas se voiler la face et occulter les écueils qui risquent de jalonner le parcours du créateur. Pour cela, échanger avec des hommes et des femmes d'expérience, être à l'écoute de leurs critiques et de leurs conseils est indispensable. Ces « sachants » peuvent être, par exemple, des personnes qui ont déjà franchi le pas de la création, des hommes de l'art tels que des professionnels du conseil, mais aussi des membres de réseaux d'entrepreneurs qui aident les jeunes créateurs à bâtir leur projet.

Puis, une fois l'idée définitivement retenue, l'idéal est de la coucher dans le détail sur le papier, d'élaborer une véritable feuille de route pour lister toutes les étapes à franchir, et bien mettre en évidence ses objectifs. Il y a quelques siècles, Sénèque ne disait-il pas déjà : « Il n'y a pas de vent favorable pour celui qui ne connaît son port. »

2 - Le profil personnel du porteur de projet

2.1 - L'environnement favorable

Se lancer dans la création d'une entreprise est une lourde et grave décision impliquant un investissement personnel très important du créateur, qui monopolisera son temps et son énergie pendant une longue période. Celui-ci doit donc disposer d'une grande disponibilité et être conscient que sa nouvelle activité l'obligera à mettre de côté, pour un certain temps du moins, ses activités extraprofessionnelles. Seule une profonde motivation, qui ne doit pas s'estomper au fur et à mesure de l'apparition des difficultés, permet d'assurer la réussite. Pour autant, cela ne suffit pas ; la charge importante qu'implique la création d'une entreprise doit être en adéquation avec le projet personnel du créateur et également avec celui de son proche entourage. Il est donc nécessaire que le conjoint et les autres membres de la famille adhèrent au projet, en acceptent les contraintes et en mesurent à l'avance les charges. Tout autant que le créateur lui-même, son entourage doit en effet être informé des efforts à entreprendre et des risques encourus, sur le plan financier notamment.

Par ailleurs, afin de pouvoir se concentrer au mieux sur le cœur de métier de sa nouvelle activité, qui à lui seul nécessitera un lourd investissement et l'accaparera, le nouveau dirigeant doit s'entourer de professionnels qui l'assisteront dans des domaines qui ne sont pas les siens et pour lesquels ils pourront lui apporter de précieux conseils.

2.2 - L'aptitude à gérer et à diriger une entreprise

La réussite de la création d'une entreprise, bien qu'elle soit très souvent liée à des compétences techniques propres à l'activité développée, impose également au créateur de maîtriser des qualités humaines indispensables. Même s'il n'y a pas de profil type « créateur d'entreprise », comme le prouve la grande diversité des personnalités du monde des entrepreneurs, il apparaît que certains traits de caractère prédominent chez ceux qui ont réussi.

Avant d'entrer dans l'aventure de la création, le porteur du projet doit donc s'assurer qu'il les possède ou au moins qu'il saura les acquérir et les développer.

En premier lieu, un chef d'entreprise doit être doté d'un esprit volontaire et faire preuve de dynamisme. Le monde des affaires est dur, et il faut savoir éviter les écueils, surmonter les difficultés et bien souvent jouer des coudes. Une bonne dose d'optimisme est parfois souvent indispensable pour réussir. Même s'il ne s'agit pas d'être béat et s'il faut rester parfaitement raisonné. Il faudra aussi souvent faire preuve d'innovation, ne pas craindre de sortir des sentiers battus, oser prendre des risques et faire preuve de courage.

Par ailleurs, le créateur doit posséder les qualités nécessaires pour travailler en équipe : savoir s'entourer, faire confiance et déléguer sont les maîtres mots. Une équipe demande à être dirigée pour donner un sens à son action, mais elle doit aussi être écoutée et motivée. Il est essentiel de prendre le temps de le faire, même lorsque l'on est déjà très occupé par le développement de son affaire. Ces échanges avec les femmes et les hommes qui travaillent dans l'entreprise sont source de dynamisme et contribuent à la réussite de l'entreprise par leur efficacité ; même si le doute vient parfois s'installer dans l'esprit du jeune entrepreneur, il doit veiller à ne pas l'exprimer. La rage de vaincre doit toujours l'emporter sur le doute, même si celui-ci est parfois très présent !

Ce besoin de dialogue et d'écoute est essentiel pour le personnel embauché, mais aussi pour les associés qui participent à la naissance de l'entreprise. Il faut veiller à maintenir un dialogue régulier pour s'assurer que l'esprit associatif qui anime chacun est toujours là et que les associés sont tous toujours en phase les uns par rapport aux autres. Ces échanges permettent également de mettre à jour les éventuelles difficultés et ainsi de les déceler dès leur apparition.

Le créateur doit également savoir se remettre en question ; en permanence, son esprit critique doit rester en éveil à l'égard des choix qu'il fait et des résultats qu'il obtient. Pour cela, dès le lancement de son entreprise, il devra mettre en place des outils de mesure de performances. Ces indicateurs lui permettront de comparer ses réalisations à ses objectifs, de mesurer les écarts et de les analyser. Car plus vite une difficulté est mise en évidence, plus tôt les remèdes pourront être mis en œuvre.

Il devra également accepter les critiques, rester à l'écoute des autres pour entendre leurs observations et leurs réserves. Cela est particulièrement vrai au cours de la phase qui précède la création, lors de la réflexion sur l'idée et les moyens de la développer. À ce titre, il est important qu'il s'entoure de professionnels compétents dans les différents domaines de l'entreprise. Le recours à leurs services et leurs conseils représente certainement un coût mais, bien souvent, constitue non seulement un atout non négligeable pour la pérennité de la jeune entreprise, mais aussi un gain de temps précieux. Les statistiques le prouvent, les nouveaux chefs d'entreprise qui se font accompagner dès le départ par des professionnels - experts-comptables, avocats ou notaires par exemple - multiplient leurs chances de réussite.

Enfin, s'il veut pérenniser son entreprise, gagner la confiance de tous ses partenaires sur le long terme, que ceux-ci soient clients, fournisseurs mais aussi organismes financiers, conseils, administrations ou concurrents, dès ses débuts, le jeune créateur doit développer un esprit responsable, respectueux des autres. En effet, une certaine éthique professionnelle et personnelle est indispensable à tout projet d'entreprise. Et il est essentiel d'arriver à créer un véritable « esprit d'entreprise ».

2.3 - La richesse de l'expérience métier

La création ex nihilo d'une nouvelle activité est une expérience difficile ; autant mettre donc toutes les chances de son côté en se lançant dans un domaine d'activité que l'on connaît parfaitement. Ainsi les écueils techniques seront limités. Ne resteront alors plus que ceux du domaine propre à la gestion même de l'entreprise... et ils sont déjà suffisamment nombreux !

Car on réussit mieux dans un monde que l'on maîtrise bien ; c'est pourquoi le créateur doit essayer de tirer profit au maximum de son expérience passée. Il peut même, parfois bien en amont, s'il a la possibilité de préparer son projet très longtemps à l'avance, orienter son parcours professionnel pour acquérir la technicité qui lui manque.

Mais l'expérience professionnelle acquise est parfois insuffisante pour franchir le pas de la création. Dans ce cas, le créateur ne doit pas hésiter à la compléter par une formation, même si celle-ci diffère de quelque temps le lancement de son projet. Il en va de l'avenir de sa future entreprise. Ce complément de formation peut être orienté vers le domaine technique propre au secteur d'activité qu'il souhaite développer, mais aussi vers le domaine de la gestion. Car même s'il n'est pas indispensable de maîtriser parfaitement tous les rouages de la comptabilité, de la finance ou de la fiscalité pour s'embarquer dans la création d'une entreprise, il convient d'en assimiler les notions essentielles. En ce sens, un stage peut être salutaire.

La loi rend d'ailleurs cette formation obligatoire (loi n° 82-1091 du 23 décembre 1982) pour les jeunes artisans soumis, préalablement à leur installation, à un stage de quelques jours organisé par les chambres de métiers.

3 - Les différents types de création

La plupart des créateurs partent d'une situation vierge : on parle alors de création ex nihilo. Dans d'autres cas, le créateur utilise une situation existante pour créer sa propre entreprise ; c'est le cas notamment lorsqu'il recourt à la location-gérance ou au contrat de franchise.

3.1 - La création ex nihilo

La création ex nihilo consiste à bâtir de toutes pièces une nouvelle entreprise.

Le créateur doit alors imaginer son propre concept et mettre tous les moyens en œuvre pour le développer en franchissant l'ensemble des étapes qui vont être décrites dans le présent ouvrage.

S'agissant d'une nouvelle idée, d'un nouveau concept ou du développement d'un nouveau produit, si ceux-ci sortent des sentiers battus, s'ils ont des spécificités, s'ils sont innovants, et si ces qualités permettent de disposer d'atouts par rapport aux futurs concurrents, il est important d'en assurer la protection juridique.

Ainsi, préalablement à la création de la nouvelle entité, le porteur de projet doit procéder au dépôt des marques, brevets et dessins, afin de protéger ces éléments patrimoniaux qui constitueront certainement la principale richesse de son entreprise.

Les dépôts sont des opérations plus ou moins complexes selon la nature du bien à protéger et selon l'étendue géographique que l'on souhaite conférer à la protection. Le créateur peut réaliser ces démarches directement auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi), mais il paraît souvent préférable de confier cette mission à des cabinets spécialisés qui lui prodigueront par ailleurs les conseils indispensables. Dans ce cadre, préalablement au dépôt d'une nouvelle marque, le créateur ou ses conseils devront effectuer une recherche d'antériorité afin de vérifier si elle n'est pas déjà la propriété d'une autre entreprise.

3.2 - La prise en location-gérance

Le contrat de location-gérance, appelé également gérance libre, est une opération juridique qui consiste pour le propriétaire d'un fonds commercial ou artisanal à le donner en location à une autre personne.

Nous sommes donc ici à la frontière de la création et de la transmission d'entreprise. En effet, même s'il n'y a pas transfert de propriété mais simple mise en location, le locataire poursuit l'exploitation jusque-là exercée par une autre personne, le propriétaire du fonds.

La location-gérance offre l'avantage pour un jeune entrepreneur de se mettre à son compte avec un apport financier relativement réduit puisqu'il n'a pas d'investissement à réaliser. Le financement du besoin en fonds de roulement reste toutefois à sa charge. Par ailleurs, dans cette situation juridique, l'exploitant supporte tous les risques inhérents à l'exploitation d'une entreprise, bien que pour certains d'entre eux le propriétaire soit solidairement responsable à ses côtés.

Le contrat de location-gérance est souvent utilisé à titre provisoire comme solution intermédiaire, dans l'attente d'une cession qui interviendra au profit du locataire en place. Cette formule lui permet non seulement de se familiariser avec l'activité, mais aussi de s'assurer des revenus qui accroîtront sa capacité financière et favoriseront ainsi l'acquisition.

La location-gérance est strictement réglementée. Elle est régie par les articles 144-1 et suivants du Code de commerce, qui imposent des conditions strictes pour la mettre en œuvre :

Le fonds, avant d'être mis en location-gérance, doit avoir été exploité directement par son propriétaire pendant deux ans au moins. Cette condition n'est toutefois pas imposée lorsque le fonds a été reçu en héritage ou à la suite d'une dissolution du régime matrimonial.

Le locataire gérant doit être immatriculé au registre du commerce et il doit poursuivre l'exploitation du fonds sans en changer l'activité.

Ce locataire peut être soit une personne physique qui exerce alors en entreprise individuelle, soit une société.

Les tiers doivent être informés de cette nouvelle situation juridique par une publication dans un journal d'annonces légales. De plus, une mention de l'existence du contrat doit être portée sur les documents commerciaux de l'entreprise.

Dans le cadre de ce contrat, le montant des redevances à la charge du locataire est déterminé librement par les parties, par référence à la valeur du fonds.

Le contrat est en principe conclu pour une durée déterminée, renouvelable par tacite reconduction. Mais la loi ne prévoit aucune garantie de reconduction pour le locataire. Ce dernier risque donc de perdre l'exploitation à chaque échéance du contrat.

Au moment de l'entrée en location-gérance, le locataire reprend tous les contrats de travail attachés au fonds. A l'expiration de la location, ceux-ci reviennent au propriétaire du fonds qui reprend l'exploitation de l'activité.

Pour le locataire, la location-gérance présente un inconvénient majeur : en développant l'activité, il valorise un fonds qu'il exploite mais qui ne lui appartient pas. Peut-être même devra-t-il acheter la valeur apportée par son propre travail si un jour il acquiert ce fonds.

Point important, lors de la conclusion du contrat, il convient d'être vigilant sur le fait de savoir qui a la charge de renouveler les investissements. La loi ne réglementant pas cette question, elle doit être clairement tranchée par les clauses du contrat.

3.3 - Le contrat de franchise

Démarrer son entreprise dans le cadre d'un contrat de franchise consiste à nouer un partenariat étroit avec une entreprise, le franchiseur, qui a créé un concept et qui le commercialise.

Ce concept comprend en général :
- une marque ;
- un savoir-faire ;
- une gamme de produits ;
- une assistance commerciale et technique ;
- une formation ;
- une identification visuelle.

Des contrats de franchise existent dans de très nombreux secteurs d'activités, tant dans la vente que dans les services.

La franchise offre l'avantage pour le créateur de bénéficier dès le départ d'un concept global, élaboré par de véritables professionnels, et testé par d'autres franchisés. Elle permet également de bénéficier de la notoriété et de la puissance commerciale d'un groupe, ce qui favorise la visibilité de l'entreprise.

En principe, en dehors du contrat de franchise, il n'y a aucun lien juridique entre le franchisé et le franchiseur. Ce dernier n'est donc pas propriétaire, même partiellement, de l'entreprise. Il n'est qu'un fournisseur qui tient une place particulière.

En pratique, lors de la signature d'un contrat de franchise, le créateur doit être particulièrement vigilant sur la qualité de son partenaire. Le concept développé est-il de qualité, élaboré dans le moindre détail, et offre-t-il un réel apport assurant le succès annoncé ?

Pour répondre à ces questions, il est indispensable pour le candidat à la franchise d'aller à la rencontre de franchisés déjà installés, et si possible de ne pas se limiter à ceux dont les coordonnées ont été fournies par le franchiseur. Un regard critique sur l'apport réel du franchiseur et la qualité des relations après la signature du contrat doit ressortir de cette enquête. Demander les comptes sociaux des franchisés aux greffes du tribunal de commerce, s'ils sont installés sous forme de société, permet de se faire une opinion sérieuse sur leur santé financière.

Une fois validée la qualité de la franchise, une analyse du contrat, de préférence par un professionnel qui n'est pas lié au franchiseur, s'impose.

Car le contrat comporte de nombreuses obligations : certaines sont à la charge du franchiseur, d'autres à la charge du franchisé. Ce dernier s'engage notamment à respecter un cahier des charges en principe très strict, auquel il est quasi impossible de déroger. Le créateur doit donc être conscient que la signature d'un tel contrat ampute une part de son indépendance, mais lui apporte, en principe, de nombreux avantages.

De plus, financièrement, le contrat de franchise a un coût qui doit être décrit précisément dans le contrat. En principe, il se répartit entre :
- un droit d'entrée forfaitaire versé au jour de la signature du contrat ;
- une redevance périodique dont la base est souvent liée au chiffre d'affaires réalisé par le franchisé ;
- d'éventuels services obligatoires ou facultatifs liés à l'adhésion au réseau, tels que des frais de campagne publicitaire, un site Internet, une formation...

Du coup, souvent, le contrat de franchise implique des investissements initiaux plus importants que la création ex nihilo, car le franchiseur impose un lieu d'implantation de premier ordre, des aménagements importants, un stock minimal...

La signature du contrat de franchise n'a toutefois aucune incidence sur la forme juridique de la nouvelle entreprise, ni sur son régime fiscal et social.

4 - Les obligations et les droits du candidat à la création

Précédemment à la création de son entreprise, le porteur de projet est très souvent soit salarié, soit demandeur d'emploi. À ce titre, différentes dispositions s'appliquent à lui. Elles lui confèrent des droits, mais l'assujettissent aussi à certaines obligations qu'il doit absolument connaître.

4.1 - Les obligations du candidat à la création

Dans certains cas, le salarié se voit interdire de créer son entreprise car son contrat de travail comporte une clause de non-concurrence.

Pour être valable, cette clause doit répondre à quatre conditions impératives :
- être écrite dans le contrat de travail, sauf à être prévue par la convention collective ;
- être limitée dans sa durée d'application et dans un espace géographique ;
- être limitée quant à la nature de l'activité interdite ;
- ouvrir droit à une contrepartie financière pour le salarié.

Avant de se lancer définitivement dans son projet, le salarié créateur doit donc vérifier qu'il n'est pas tenu par une telle obligation.

S'il crée son entreprise dans le même domaine d'activité que son employeur, alors qu'une telle clause existe, il s'expose à des sanctions et des réparations de préjudices au profit de son employeur. Toutefois, un accord de renonciation, écrit, peut être établi avec l'accord des parties.

En l'absence de clause de non-concurrence, une fois le contrat de travail rompu, le salarié retrouve une entière liberté de concurrence, mais sous réserve de ne pas en user de manière déloyale.

Pour qu'il y ait concurrence déloyale, il faut qu'une faute ait été commise, sans que celle-ci ait été nécessairement frauduleuse. Les actes reconnus par la jurisprudence comme fautifs et caractérisant la concurrence déloyale sont en général ceux qui ont pour conséquence de désorganiser l'entreprise de l'ancien employeur, de lui causer un trouble commercial et de créer une confusion dans l'esprit de la clientèle et/ou des spécialistes du domaine d'activité concerné.

Dans tous les cas, la concurrence déloyale résulte d'un ensemble de faits dont l'appréciation relève de la compétence souveraine des juges.

Lorsqu'elle est justifiée et que l'ex-employeur en rapporte la preuve, l'action en concurrence déloyale permet à ce dernier d'obtenir une réparation du préjudice subi du fait des actes fautifs de son ancien salarié.

Ont ainsi été jugés comme constituant des actes de concurrence déloyale les comportements suivants :
- détournement d'une commande au préjudice d'une société dans laquelle le fondateur était encore salarié ;
- détournement d'un fichier de clients ;
- dénigrement d'une société et détournement de la clientèle par un ancien salarié et un ancien sous-traitant.

4.2 - Les droits du candidat à la création

Les titulaires d'un contrat de travail du secteur privé peuvent, sous certaines conditions, rester salariés de leur employeur et bénéficier d'un aménagement de leurs horaires de travail pour créer leur entreprise. Cet aménagement se traduit soit par un congé création, soit par un passage à temps partiel.

Pour pouvoir jouir de cette mesure, le salarié doit justifier d'une ancienneté d'au moins vingt-quatre mois dans l'entreprise.

La durée du congé, ou du temps partiel, est alors au maximum d'un an, renouvelable une fois.

Pour déposer sa demande, le salarié doit informer son employeur, par lettre recommandée avec accusé de réception, au moins deux mois à l'avance. Ce courrier doit comporter :
- la date souhaitée pour le début de la période de congé/temps partiel ;
- l'amplitude de la réduction du temps de travail ;
- la durée du congé envisagée ;
- la nature de l'activité de l'entreprise qui va être créée.

L'employeur dispose alors de trente jours pour répondre, son silence valant acceptation. Et de manière discrétionnaire, il peut retarder le point de départ du congé pour une période de six mois à compter de la présentation du courrier recommandé.

De plus, si l'entreprise emploie au moins 200 salariés, le départ peut être encore à nouveau retardé si plus de 2 % de l'effectif bénéficie déjà de cette mesure. Si l'effectif est inférieur à 200 personnes, l'employeur peut reporter le congé au cas où il emporterait des conséquences préjudiciables au fonctionnement de l'entreprise.

Lorsque l'employeur donne son accord, un avenant au contrat de travail fixe la durée de travail en cas de passage à temps partiel. Pendant cette période, la rémunération reste proportionnelle à la rémunération initiale, en fonction du nombre d'heures travaillées.

Un salarié candidat à la création d'entreprise peut, sous certaines conditions, bénéficier d'un droit à formation afin d'obtenir une qualification professionnelle.

Le salarié doit déposer une demande par écrit à son employeur. Dans les entreprises de moins de 50 salariés, la demande peut être rejetée lorsque au moins un salarié est absent à ce titre. Dans les autres cas, l'employeur peut différer le bénéfice de la formation si plus de 2 % des salariés en bénéficient déjà.

Cette période de professionnalisation se déroule pendant le temps de travail et donne lieu au maintien de la rémunération du salarié.

Les salariés et chômeurs créateurs d'entreprise peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d'aides financières qui seront examinées dans le chapitre concernant le statut social du créateur et dans celui relatif aux aides à la création.

Parmi les mesures réservées à ces deux catégories de population, nous pouvons d'ores et déjà citer :
- l'étalement du règlement des cotisations sociales ;
- les exonérations temporaires de cotisations sociales ;
- le dispositif Nacre ;
- le maintien des allocations des demandeurs d'emploi ;
- le prêt sans intérêts réservé à certains demandeurs d'emploi.

Un salarié qui crée une entreprise individuelle ou une société dont il exerce effectivement le contrôle a la possibilité de débloquer de façon anticipée les droits qu'il a acquis au titre de la participation aux résultats de l'entreprise. Ce droit est également acquis si la création est effectuée par son conjoint ou partenaire de Pacs ou l'un de ses enfants.