Quel a été l’impact du premier confinement lié à la crise du coronavirus sur la dynamique économique des 50 plus grandes villes de France ? Lesquelles ont réussi à tirer leur épingle du jeu ? A contrario, quels sont les villes et secteurs d’activités les plus touchés par la crise sanitaire en 2020 ? Quels statuts juridiques les créateurs d’entreprise ont-ils privilégiés ?

Pour faire cet état des lieux, Legalstart et FLASHS ont utilisé les données disponibles sur infogreffe.fr et collecté les informations permettant de réaliser un observatoire des dynamiques économiques par agglomération, avant et depuis le début de la crise, jusqu’à octobre 2020.

Création d’entreprise : recul de 12% des radiations d’entreprises

Sans surprise, la crise sanitaire a eu un impact sur les créations d’entreprises : entre 2019 et 2020, sur la période de janvier à octobre, les créations ont baissé de 8%. Mais en parallèle, le nombre de fermetures d’entreprises a reculé de 12%, grâce aux aides de l’Etat, dans un climat attentiste. Résultat : la balance immatriculations-radiations a été meilleure qu’en 2019. Mais certaines villes se sont particulièrement illustrées, favorablement ou défavorablement.

Le palmarès des villes plébiscitées par les entrepreneurs en 2020

Pour établir un classement, Legalstart a calculé, pour chaque ville, le ratio solde (créations moins fermetures) / 1000 habitants.

Le Top 10 des villes plébiscitées par les créateurs en 2020 :
1.    Lyon occupe la première place du podium (avec un ratio de 2,77)
2.    Aix-en-Provence
3.    Créteil
4.    Nanterre
5.    Marseille
6.    Metz
7.    Montpellier
8.    Argenteuil
9.    Bordeaux
10.  Nantes (avec un ratio de1,27)

A contrario, le flop 10 des villes les moins plébiscitées par les créateurs en 2020 :
1.    Saint-Denis (50e du classement, avec un ratio de -1,44)
2.    Reims
3.    Nîmes
4.    Le Mans
5.    Grenoble
6.    Toulon
7.    Orléans
8.    Perpignan
9.    Montreuil
10.  Tours

Secteurs d’activités des créateurs : les meilleurs de la classe et les plus impactés

Le nombre d’immatriculations d’entreprises a augmenté dans la restauration rapide, ainsi que dans le secteur du conseil pour les affaires et autres conseils de gestion.

À l’inverse, celui de la restauration nécessitant l’accueil d’une clientèle a été impacté par le confinement du printemps dernier en France. Les services de livraison à domicile mis en place ont toutefois permis aux restaurants qui le pouvaient de poursuivre leur activité.

Autres secteurs d’activités affectés, la location de terrains et d’autres biens immobiliers ainsi que les travaux de maçonnerie et de gros oeuvre de bâtiment.

Les formes juridiques plébiscitées en 2020 par les créateurs

En 2020, les gagnantes ont été la SASU (société par actions simplifiées à associé unique) et la SAS (société par actions simplifiées), avec respectivement 17 382 immatriculations pour 6 80 radiations et 10 635 créations pour 5 091 fermetures.

À l’inverse, la SARL (société à responsabilité limitée) est la forme juridique ayant connu le plus de radiations (10 927), enregistrant seulement 4 934 créations en parallèle. Le score de l’EURL (société à responsabilité limitée à associé unique) n’a pas non plus été mirobolant, avec 4 495 immatriculations pour 5 639 radiations.

 

 
Orange accompagne les créateurs d'entreprises
Retrouvez nos offres et conseils
En savoir plus