Dans un communiqué, le groupe, qui a racheté en 2017 RTL, autre filiale du groupe allemand Bertelsmann, a confirmé tout d'abord le départ de Christopher Baldelli, qui avait été annoncé par Le Figaro.

Figure du paysage radiophonique hexagonal, il dirigeait RTL depuis une décennie, et avait été nommé vice-président du groupe M6 lors du rachat de la station il y a deux ans.

Son départ intervient alors que RTL se bat pour reconquérir son statut de première radio de France : elle a été pour la première fois dépassée cet hiver par France Inter. Par ailleurs, l'un de ses animateurs vedettes, Marc-Olivier Fogiel, s'apprête à quitter la station pour diriger BFMTV, et sera remplacé à la rentrée par Thomas Sotto.

Pour prendre la place de Christopher Baldelli, M6 a fait appel à un très bon connaisseur du groupe, Régis Ravanas, qui y avait travaillé de 1995 à 2008. Il a notamment été directeur général adjoint chargé des programmes. En 2009, il avait rejoint le groupe TF1, où il dirigeait les activités publicitaires depuis 2016.

Le nouveau patron de RTL siègera par ailleurs au comité exécutif.

En outre, parmi les changements annoncés, M6 a réorganisé la direction des programmes de ses chaînes en clair (M6, 6Ter et W9). Guillaume Charles est nommé à la direction des programmes de M6, où il remplace Frédéric de Vincelles, lui même chargé du digital et du sport. 

Avec ce chamboulement dans son organigramme, le groupe M6 consolide un peu plus l'intégration de RTL dans son dispositif, en confiant les clés de la station à un vétéran du groupe.

Ces nominations ont par ailleurs relancé les spéculations sur la succession de Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6 depuis 2000 et qui joue les prolongations. 

Son mandat a été renouvelé pour trois ans en février 2017, alors qu'il devait s'achever en 2018, et les statuts du groupe viennent d'être modifiés, fin avril, lors de l'assemblée générale des actionnaires, faisant passer l'âge limite des dirigeants de 70 à 72 ans. M. de Tavernost, né en 1950, pourrait donc éventuellement rester en poste jusqu'en 2022, au lieu de 2020.

Dans tous les cas, le départ de Christopher Baldelli a éliminé l'un des principaux prétendants potentiels à sa succession, avec Thomas Valentin, vice-président chargé des antennes et des contenus. Et met en bonne position Régis Ravanas pour la course au titre.