Le protocole sanitaire prévoit une démarche précise pour les entreprises confrontées à un cas covid-19, ou à une suspicion de cas au sein de leurs effectifs.

Une procédure spécifique, en lien avec le référent covid-19

Le protocole sanitaire précise que les entreprises doivent mettre en place « une procédure adaptée de prise en charge sans délai des personnes symptomatiques » au coronavirus. Pour cela, les entreprises doivent s’appuyer sur leur référent covid-19, si elles en possèdent un. Le référent covid-19 est l’interlocuteur privilégié sur toutes les questions et les problématiques liées à la crise sanitaire du coronavirus. Le protocole sanitaire n’impose pas de désignation d’un tel référent à l’employeur. Néanmoins, il est très fortement recommandé d’affecter une personne à cette tâche au sein de l’entreprise, ce peut-être le dirigeant ou un salarié volontaire.  

Isolement, protection, recherche de signes de gravité

Si une personne au sein de l’entreprise présente des symptômes pouvant être ceux du covid-19, sa prise en charge repose sur une démarche d’isolement, de protection et de recherche de signes de gravité :

-    Il convient en premier lieu d’isoler le salarié dans une pièce aérée tout en respectant scrupuleusement les gestes barrières dans ses contacts avec lui.
-    Il faut ensuite prévenir, si cela s’applique, le personnel de santé présent au sein de l’établissement ou un sauveteur/secouriste formé au risque covid-19 ou le référent covid-19.
-    Si la personne présente des signes de gravité, tels qu’une gêne respiratoire, il faut impérativement contacter le 15 pour joindre le SAMU et leur expliquer la situation. Restez à côté de la personne malade pour éventuellement permettre au médecin de lui parler. Si le SAMU décide d’envoyer une ambulance, il faut organiser le bon accueil de celle-ci tout en surveillant le malade.
-    Si la personne ne présente aucun signe de gravité, contactez le médecin du travail, ou demandez au malade de joindre son médecin traitant. Après confirmation qu’il ne s’agit pas d’un cas grave de covid-19, le malade ne doit en aucun cas rester au bureau. Il organise son retour à domicile, en évitant les transports en commun.
Une fois le salarié hors de l’entreprise, l’employeur doit prendre contact ave la médecine du travail et suivre ses consignes, notamment en matière de nettoyage du poste de travail du salarié, et de la prise en charge des salariés cas contacts.

Et pour les salariés cas contacts ?

D’après l’assurance maladie, un cas contact en entreprise est une personne qui a eu un contact direct avec un cas avéré du coronavirus, en face à face, à moins d’un mètre, sans mesure de protection et quelle que soit la durée du contact.

Une personne qui a partagé un espace confiné (tel qu’un bureau, un véhicule, une salle de réunion…) pendant au moins 15 minutes sans mesures de protection est également un cas contact. Si le salarié malade est effectivement positif au covid-19, les cas contacts seront contactés par l’assurance maladie, dans le cadre du « contact-tracing » mis en place par le gouvernement français.

L’assurance maladie décidera du placement du salarié en isolement si besoin.  En complément des campagnes de tests officielles, il est rappelé que les employeurs qui le souhaitent peuvent aussi proposer des campagnes de tests antigéniques aux salariés sur la base du volontariat et dans le respect du secret médical.