Une trentaine de décès ont été recensés depuis mercredi, portant le nombre de morts à 114, un des pires bilans de moussons enregistrés ces dernières années.

La plupart des victimes se sont noyées, d'autres ayant été emportées par des glissements de terrain, mordues par des serpents ou frapppées par des éclairs, ont-elles précisé.

Cinq jeunes filles de 6 à 18 ans se sont noyées après que le bateau à bord duquel elles se trouvaient a chaviré dans une rivière en crue du district de Jamalpur (nord) jeudi, a indiqué à l'AFP l'adiministrateur de ce district, Ahmed Kabir.

Le niveau du fleuve Brahmapoutre, qui descend de l'Himalaya, est monté de manière dramatique depuis le 10 juillet, affectant 1,2 million d'habitants.

Le Brahmapoutre a atteint son plus haut niveau depuis 1975, année où les autorités ont commencé à le répertorier.

Six villages du district de Mymensingh, un peu plus à l'est, ont été inondés après la rupture d'une digue, forçant 2.000 habitants à fuir leur maison, a dit l'administrateur de ce district, Mizanur Rahman.

Aut total, cinq millions de personnes ont été touchées par ces inondations depuis le 10 juillet, dont plusieurs centaines de milliers ont dû abandonner leurs habitations, selon les autorités.

Le centre officiel de prévention des inondations a précisé que 26 des 64 districts, soit un tiers de la superficie du pays, ont été inondés par les fortes pluies de mousson et le déluge en provenance des rivières himalayennes.

Le Bangladesh est régulièrement frappé par des inondations dans la période de mousson allant de juin à septembre, lorsque des centaines de cours d'eau se jetant dans le golfe du Bengale débordent.

En 1998, une des pires années, près de 70% du territoire du pays se sont retrouvés sous les eaux, affectant 30 millions de personnes et en tuant plus de mille.