Invité de Radio Classique, Laurent Berger a rappelé qu'il y avait déjà eu "une négociation à la demande du gouvernement", ajoutant qu'"apparemment cela ne suffit pas".

Le gouvernement a demandé aux organisations patronales et syndicales de renégocier la convention d'assurance chômage dès septembre.

"Si le gouvernement nous demande de rendre l'assurance chômage plus performante sans rogner sur les droits, cela se regarde; si c'est pour aller rogner les droits avec une lettre de cadrage du gouvernement qui, en fait, est déjà la conclusion de la négociation, cela ne marchera pas", a-t-il dit.

Interrogé sur l'instauration d'une allocation chômage longue durée, évoquée par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, Laurent Berger a estimé possible de "mieux articuler la solidarité interprofessionnelle de l'assurance chômage avec la solidarité nationale des minima sociaux" et de "faire des choses beaucoup plus intelligentes".

En revanche, il a mis en garde le gouvernement contre "la volonté de repasser" à l'Unédic la dépense de l'allocation spécifique de solidarité (ASS), versée aujourd'hui aux chômeurs en fin de droits: "Je le dis clairement, cela ne pourra pas être +Faites mieux avec moins+".

Il a redit son "désaccord" avec le financement de l'assurance chômage par la CSG, effectif depuis janvier et défendu la nécessité de mettre en place un bonus-malus pour les entreprises afin de lutter contre la précarité des emplois.