L’apprentissage est aujourd’hui l’un des meilleurs moyens de former les jeunes, pourtant, il reste encore trop méconnu et trop complexe à mettre en place. Pour ces raisons, l’Etat a décidé d’agir dans le cadre du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (loi Pacte).

Lutter contre le chômage des jeunes

Aujourd’hui, alors que les jeunes sont de plus en plus diplômés, nous recensons en France 22,3 % chômeurs âgés de 15 à 24 ans (source : OCDE). Il est donc nécessaire d’agir au plus vite et l’apprentissage est l’une des solutions. Faire une formation en apprentissage, c’est mettre un premier pas dans le monde de l’entreprise, se former un réseau et développer des compétences professionnelles.

Permettre aux entreprises d’embaucher des apprentis plus facilement

Les jeunes doivent aujourd’hui saisir l’opportunité d’effectuer leur formation en apprentissage, mais encore faut-il trouver  un employeur ! Les démarches sont pour le moment beaucoup trop complexes, ce qui rebute bon nombre d’entreprises à se lancer dans ce type de contrat. Nous pouvons recenser actuellement 400 000 apprentis en France, ce qui ne représente que 7 % des jeunes de 16 à 25 ans : trop peu selon l’Etat.

Concrètement, qu’est-ce que cela va changer ?

  • Pour le financement : La taxe d’apprentissage sera remplacée par une cotisation alternance, qui sera reversée aux CFA en fonction du nombre de contrats signés.
  • Pour les partenaires sociaux : Ces derniers seront bien plus impliqués dans la définition des diplômes car les branches professionnelles co-écriront les diplômes en fonction des besoins en compétences des entreprises.
  • Pour les apprentis : La limite d’âge ne sera plus fixée à 26 mais à 30 ans et leur rémunération augmentera de 30 euros par mois.

Apprentissage : ce que le gouvernement a décidé