Est-il révolu, le temps où l'on « partait de bon matin, sur les chemins, à bicyclette... », comme fredonnait Yves Montand, célébrant le vélo de loisirs dans un doux cadre champêtre ? Peut-être pas tout à fait, mais il est certain qu'en France, l'usage utilitaire du vélo commence à dépasser celui des loisirs. En 2017, le marché français du vélo et de ses accessoires s'élevait à 1,5 milliard d'euros, avec des ventes de modèles urbains croissant de 16 % par rapport à l'année précédente. Et le besoin d'efficacité lié à l'usage quotidien du vélo crée des opportunités pour les start-up, qui, au CES, sont nombreuses à proposer des solutions transformant les « bicyclettes » en de véritables prouesses technologiques.

Une prouesse qui, chez Velco, ne passe que par une pièce : le guidon. Connecté, il est compatible avec 80 % des vélos du marché. Il intègre une fonctionnalité de navigation par la lumière, qui permet aux cyclistes de savoir dans quelle direction et à quel moment tourner, des phares automatiques ainsi qu'une fonction de tracking GPS.

Le guidon Velco est vendu à la fois aux fabricants, pour une intégration directe, et aux distributeurs. Fondée en 2016, la start-up emploie 15 personnes et s'apprête à doubler son effectif, après avoir levé 3 millions d'euros en juin 2018. Au CES, Velco présente en outre un nouveau produit : des clips qui indiquent eux aussi le chemin en s'illuminant, et peuvent être utilisés sur des trottinettes ou encore des poussettes. Ce dernier sera commercialisé dès septembre pour 79 euros.

De la moto au vélo

Chez Cosmo Connected aussi, on permet aux cyclistes d'être connectés, grâce à un petit boîtier générant de la lumière, des clignotants et un feu indiquant la décélération du cycliste. « Le boîtier contient en outre un système de détection des chutes, indique le fondateur de l'entreprise, Romain Afflelou. Si le cycliste tombe, une alerte se déclenche et il a deux minutes pour l'arrêter, sans quoi des SMS avec ses coordonnées GPS sont envoyés à trois de ces proches, et les secours sont contactés. »

La jeune pousse de trois ans lance ce produit au deuxième étage du « sands », un espace dédié aux entreprises déjà matures, après avoir passé deux ans à l'Eureka Park. Les années précédentes, elle y avait lancé sa version pour moto. « Mais la demande est également très forte du côté du vélo, que cela soit chez les particuliers ou de la part des entreprises de livraison », affirme Romain Afflelou. Le produit sera disponible à la vente en avril, pour 79 euros. Après avoir levé 5 millions d'euros, Cosmo Connected envisage un deuxième tour de table en série B, qui lui permettrait d'accélérer fortement sur l'international.

Chez Coleen, qui expose son vélo électrique pour la première fois sur l'Eureka Park, la technologie se fait discrète, au profit du design. La jeune pousse bayonnaise, qui se positionne sur les vélos électriques haut de gamme et faits en France, présente pour la première fois son vélo au CES. « Nous nous inspirons de l'héritage de la bicyclette à la française, avec notamment un cadre en carbone, dans lequel nous dissimulons une électronique sophistiquée », indique Thibault Halm, cofondateur de la jeune pousse. Cette dernière fait fabriquer ses batteries à Bordeaux, et ses moteurs à La Rochelle. Son vélo pèse 18 kg, peut accélérer jusqu'à 25 km/h avec une autonomie de 100 kilomètres. Dans quelques mois, il sera proposé à la vente pour 5.900 euros.