Oublier le modèle d'avant

« Pendant longtemps, beaucoup de métiers et d'entreprises ont cru que le télétravail n'était pas possible », constate Audrey Richard, directrice ressources humaines et engagement du groupe Up et présidente de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), qui vient de sortir un kit pratique sur le sujet. « La crise leur a souvent prouvé le contraire, même s'il reste évidemment des jobs qui ne peuvent pas se faire à distance. » Cela signifie qu'il n'y aura pas de retour en arrière possible. Aujourd'hui, les salariés, comme les candidats, n'envisagent plus une vie 100 % au bureau. « Reste à savoir où placer le curseur. A l'ANDRH, nous recommandons deux jours de travail à la maison, trois jours en entreprise. »

Formaliser la nouvelle organisation par écrit

« Il est important de noter noir sur blanc quels sont les métiers concernés par le travail à la maison, dans quelles conditions il s'effectue, à quelle fréquence, quels sont les outils mis à disposition des salariés... », insiste Audrey Richard. Pour ce faire, l'idéal est de passer par un accord collectif ou par une charte. A défaut, il est également possible de conclure un avenant au contrat de travail.

Veiller aux conditions de travail des collaborateurs

Pour réussir à travailler efficacement à distance, les collaborateurs ont besoin d'un espace adapté. « C'est notre rôle en tant que DRH de guider les salariés dans l'aménagement de leur poste de travail à la maison : la position de leur écran d'ordinateur, la hauteur de leur siège, l'éclairage de la pièce où ils sont installés... », rappelle Audrey Richard. « Il nous revient aussi de leur rappeler les bonnes pratiques pour organiser leurs journées. Lors des confinements successifs, on a vu des gens enchaîner les réunions et oublier de déjeuner. »

Accompagner le management à distance

« Avec la généralisation du télétravail, les méthodes de management ont déjà beaucoup évolué depuis un an et demi », constate Audrey Richard. « On mise de moins en moins sur les rapports hiérarchiques et de plus en plus sur la confiance. Et les salariés s'attendent à ce que cela perdure. » D'où l'importance de continuer à former les managers à la gestion d'une équipe à distance.

Préserver la cohésion sociale

« L'un des grands défis à relever dans cette organisation hybride sera de cultiver le lien entre ceux qui pourront et ceux qui ne pourront pas télétravailler, insiste Audrey Richard. L'enjeu étant d'éviter de recréer une fracture entre cols-bleus et cols blancs. »