Créer son entreprise demande une mise de fond initiale parfois conséquente. Voici une sélection des aides pour monter son entreprise.

Les prêts d’honneur, une aide à la création d’entreprise bienvenue

De nombreux organismes, tels qu'Initiative France ou le Réseau Entreprendre, proposent des prêts d'honneur aux créateurs d'entreprise, après étude de leur dossier afin de s'assurer que le projet est viable.

Des organismes plus spécialisés, telles que des fondations ou des associations d'anciens élèves d'écoles (qui viennent volontiers soutenir les projets des élèves des promotions les plus récentes) peuvent constituer une aide précieuse pour ouvrir votre entreprise.

Ces prêts en faveur des créations d’entreprise se montent généralement à quelques milliers d’euros. Ils peuvent aller jusqu'à 50 000 euros pour des projets plus conséquents. Ils ne nécessitent pas de garantie sur les biens propres du créateur d'entreprise. Attention : ceci ne vous dispense pas de les rembourser car, au-delà de l'engagement classique, ils vous engagent sur l’honneur. Ils permettent souvent d'amorcer un cercle vertueux. Une banque est rassurée par un prêt qui amorce les fonds propres de l'entreprise et témoigne de la confiance déjà accordée au projet après analyse du dossier par les bailleurs de fonds.

Les aides pour l’ouverture d’une entreprise innovante

La Banque Publique d'Investissement (Bpifrance) propose une aide à la création d’entreprise, d’un montant de 30 000 euros, sous forme de subvention, destinée aux créateurs d’entreprises innovantes. Cette somme est une subvention acquise définitivement à l'entreprise qui en remplit les conditions.

Nombre de collectivités locales ont créé ou favorisé la création de pépinières d'entreprises, au sein desquelles les jeunes entreprises et en particulier les entreprises innovantes sont accueillies dans des conditions favorables (locaux équipés et loyers réduits voire même parfois nuls).

Les aides des concours nationaux ou locaux à la création d’entreprise

De nombreux concours sont organisés au niveau national ou plus localement, afin de récompenser les initiatives les plus prometteuses. Les critères diffèrent en fonction des concours (certains peuvent par exemple être réservés aux femmes créatrices d'entreprises), et il convient donc d'en lire attentivement les règlements afin de déterminer ceux auxquels il est pertinent de soumettre un dossier.

Participer prend du temps, compte tenu des dizaines, voire des centaines de concours organisés chaque année. Mais le jeu en vaut la chandelle ! Grâce à cette aide aux entreprises, les projets récompensés bénéficient à la fois d'un coup de pouce financier et d'un apport de notoriété.

Les aides à la création d’entreprise liées à l'aménagement du territoire

Les entreprises situées dans certaines zones prioritaires (telles que les zones franches urbaines) bénéficient d'exonérations ou de réductions de cotisations.

La prime d'aménagement du territoire de la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR) est une aide aux entreprises qui ne concerne que les nouvelles entreprises, puisqu'elle est conditionnée à la création sur le territoire d'au moins vingt emplois, alors qu'en phase de création, l'immense majorité des entreprises demeure des TPE qui ne compte au mieux qu'une poignée de salariés.

Pôle emploi et les aides à la création d’entreprise

Les demandeurs d'emploi sont largement encouragés à ouvrir leur propre entreprise par diverses aides :

  • l'Aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise (Accre) permet au chômeur créateur d'entreprise de bénéficier d'un taux de cotisation sociale réduit durant les trois premières années d'exercice. Cette aide aux entreprises est valable y compris pour la création d'une auto-entreprise.
  • l'Aide à la reprise ou à la création d'entreprise (Arce) s'adresse exclusivement aux chômeurs indemnisés, qui peuvent toucher par anticipation la moitié des allocations auxquelles ils ont encore droit. Cette aide est cependant à double tranchant. Les droits ainsi débloqués par anticipation n'étant plus disponibles au titre de l'ARE (indemnisation du demandeur d'emploi).