Il vous est peut-être déjà arrivé de communiquer votre adresse email en effectuant des achats en ligne, en remplissant un formulaire ou en l'exposant sur votre site web, tout simplement. Peut-être avez-vous communiqué votre adresse de messagerie aux moteurs de recherche pour assurer le référencement de votre site ! Ces différentes actions peuvent entraîner la réception massive de spams dans votre boîte email, quel que soit le fournisseur. Et ce, même quand vous vous désabonnez de la liste de diffusion. Etre inscrit à des services de messagerie instantanée (comme Messenger, Yahoo ! Messenger, ICQ, Jabber, iChat, etc.) ou utiliser des logiciels P2P et autres programmes intrusifs y contribuent également.

Sur Internet, une adresse mail vaut de l'or

Quelle que soit la méthode de collecte, les spammeurs n'ont qu'un seul objectif : constituer une base d'adresses mail, la plus large possible. Il suffit de parcourir le Web et ses millions de pages pour dénicher rapidement des centaines de milliers d'adresses email. D'autres n'hésitent pas à investir dans des bases de données déjà prêtes à l'emploi. Et comme il est relativement simple de rester anonyme en envoyant un spam, les spammeurs ne se gênent pas.

Des contrôles délicats à mettre en place

Il faut savoir que les dispositifs de filtrage des spams dont on nous vante les mérites, ne fonctionnent pas ou mal. Ils peuvent détecter des spams qui n'en sont pas en s'appuyant sur plusieurs critères. Sont ainsi détectés comme spams, les mails pour lesquels l'adresse IP du serveur de courrier de l'expéditeur n'existe pas dans les DNS. Même chose si l'adresse IP du serveur de courrier de l'expéditeur est présente dans une liste noire. Et rebelote, si l'adresse mail de l'expéditeur n'est pas correctement formée et si elle ne correspond pas à un nom de domaine existant. Reste que tous ces contrôles, qui s'ajoutent à l'analyse syntaxique, à la vérification des pièces jointes, de la langue, etc., sont délicats à mettre en place et ne portent pas vraiment leurs fruits.

Quelques règles à respecter pour se prémunir des spams

Pour commencer, ne cliquez sur un lien de désinscription que s'il s'agit d'une liste à laquelle vous êtes certain d'être abonné. Il s'agit souvent d'une méthode pour vérifier que votre adresse e-mail est active. Evitez de donner votre adresse e-mail à tort et à travers sur le Web ou de répondre aux mails douteux ni les faires suivre à des tiers. N'ouvrir un compte mail gratuit que pour les besoins externes à l'entreprise est une méthode efficace pour éviter que votre e-mail ne figure dans ces fameuses listes.

La CNIL veille ... de manière passive

La CNIL répertorie tous les mois les campagnes de spams les plus signalées par les internautes et après avoir localisé les entreprises à l'origine des envois, effectue des contrôles. Ces contrôles portent sur les méthodes de collecte des adresses mail utilisées (vérification de l'origine des données et des fichiers utilisés pour procéder aux envois de messages) et le consentement des personnes démarchées (respect du principe du recueil du consentement préalable des personnes dit " opt-in ").

La CNIL vérifie également le respect du droit de s'opposer à recevoir de nouveaux messages (vérification du bon fonctionnement du lien de désabonnement figurant dans les messages et gestion effective d'une liste d'opposition).
En cas d'infraction, elle peut alors user de ses pouvoirs de sanction et infliger des amendes pouvant aller jusqu'à 150 000€. Quant aux entreprises incriminées, elles feront l'objet d'un rappel à l'ordre et seront placées sous surveillance.

Pour aller plus loin, sachez qu'un spam peut arriver dans votre messagerie de différentes manières, et sous plusieurs formats. Il est possible de filtrer les courriers indésirables, de manière efficace, sans débourser une somme conséquente.