Si de nombreuses entreprises déplorent le fait de payer trop d'impôts, il existe pourtant de nombreuses solutions pour bénéficier d'avantages fiscaux non négligeables. Voici quelques suggestions pour vous aider à réaliser de précieuses économies d'impôts, que vous soyez à la tête d'une petite ou d'une grande société.

Le crédit d'impôt à la formation du chef d'entreprise

Tout chef d'entreprise peut bénéficier de ce crédit s'il a effectué une formation au cours de l'année civile. Cette période de stage ne doit toutefois pas excéder les 40 heures. Cette déduction d'impôt correspond au nombre d'heures de formation multiplié par le taux horaire du Smic.

Le crédit d'impôt famille

Ce crédit concerne les entreprises, quelle que soit leur nature, appliquant des mesures destinées à aider leurs salariés à concilier vie professionnelle et vie parentale. Il correspond à 50 % des dépenses consacrées à la réalisation de structures d'accueil pour les enfants des salariés, telles que des haltes-garderies ou des crèches.

Le crédit d'impôt sur la recherche et l'innovation

Ce crédit d'impôt recherche concerne les sociétés agricoles, industrielles ou commerciales dotées d'un important budget consacré à la recherche et au développement. Les PME peuvent également jouir d'un crédit d'impôt sur l'innovation pour la réalisation d'un produit inédit sur le marché. Cet avantage représente 30 % des dépenses de recherche dans la limite de 100 millions d'euros.

Le crédit d'impôt sur l'apprentissage

Cette mesure vise à encourager les entreprises à embaucher des apprentis. Il concerne tous les types de sociétés, y compris les entreprises individuelles, et ce quel que soit le secteur d'activité. Pour profiter de cet avantage, la société doit accueillir un apprenti pour une durée minimale d'un mois. Ce crédit est égal au nombre moyen d'apprentis embauchés par an, multiplié par 1 600 euros.

Le crédit d'impôt sur l'investissement en Corse

Il concerne les entreprises réalisant des investissements en Corse et s'applique sur l'année de la réalisation de l'opération. Il équivaut à 20 % du prix de revient hors taxes des investissements effectués. Dans certains cas, il peut être reconductible sur les 9 années suivantes. Les TPE sont les principales bénéficiaires de cet avantage.

Le crédit d'impôt sur la prospection commerciale

Essentiellement réservé aux TPE et aux PME, ce crédit d'impôt porte sur les fortes dépenses occasionnées par la prospection commerciale, liée à l'exportation de marchandises ou de voyages d'affaires à l'étranger. Il représente 50% du montant des dépenses, dans une limite de 40 000 euros, pour les 2 ans suivant la date de démarrage du projet de prospection.

Le crédit en faveur de la compétitivité et l'emploi

En ces temps de chômage galopant, ce crédit de 6% sur les rémunérations versées (dans la limite de 2,5 fois le SMIC) a pour mission d'inciter les entreprises à faire preuve de combattivité et de réactivité : il les encourage à investir dans de nouveaux projets (nouvelles entreprises, recherche et développement pour de nouveaux produits), mettre en place des dispositifs respectueux de l'environnement, prospecter de nouveaux marchés, mais surtout recruter des salariés et former leur personnel.

La réduction d'impôts pour dons à des organismes européens agréés

Toute société effectuant un don - qu'il s'agisse d'argent, de cotisations régulières, de droits d'auteur légués ou de bénévolat - pour un organisme d'intérêt général peut bénéficier de cette mesure.

Les zones franches

Les entreprises situées dans des Zones Franches Urbaines en Territoires Entrepreneurs se voient récompensées par une réduction d'impôts. Celle-ci vise à rendre davantage attractifs des quartiers ou des villes jusqu'à présent délaissés par les entrepreneurs, pour leur conférer un nouvel élan.

Le statut de JEI et de JEU : Jeunes Entreprises Innovantes/Universitaires

Toute PME indépendante, exerçant son activité depuis moins de 8 ans et disposant d'un important budget consacré à la recherche peut se voir attribué le statut de Jeunes Entreprises Innovantes (JEI) ou de Jeunes Entreprises Universitaires. Les entreprises reconnues comme JEI bénéficient de certains avantages fiscaux, dont une exonération des cotisations patronales de sécurité sociale pour les personnels participant à la recherche.

L'exonération d'impôt sur les bénéfices des entreprises nouvelles

Les jeunes entreprises ont la possibilité de demander une exonération complète d'impôt pour la première année d'exercice de leur activité. Ce dispositif s'adresse aussi bien aux entreprises industrielles, commerciales et artisanales que les professions libérales. Les sociétés agricoles en sont toutefois exclues.