Si l'esprit start-up a animé l'organisation, les méthodes, l'esprit de la campagne électorale du tout nouveau président de la République Emmanuel Macron, qu'en est-il du programme digital du Président et du chargé du numérique Mounir Mahjoubi ? Quelle est sera la place des nouvelles technologies, du numérique dans notre société ? Eclairage.

Réduction de la fracture numérique : réseau et formation

Le numérique ne sera pas une découverte politique pour Emmanuel Macron puisqu'il a été Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique de 2014 à 2016.
Le président de la République a fait de la fracture numérique l'une de ses priorités. Avec un objectif clair, ne pas laisser de zones sans réseau. Si le développement d'un réseau haut débit (en particulier d'un réseau mobile performant dans les zones blanches) est un facteur de réduction de la fracture numérique ce n'est évidemment pas le seul. La formation, l'accompagnement, l'aide doivent également permettre de ne pas laisser une partie de la population sur le bas côté de la digitalisation. Même chose pour le monde de l'entreprise, des PME et des très petites entreprises qui seront encouragée à prendre le virage digital avec un accès privilégié à la formation professionnelle.

100 % digital, esprit start-up

Côté administration, le virage numérique serait total avec un affichage fort : 100 % des démarches administratives effectuées depuis Internet d'ici 2022. Toutes les administrations seront encouragées à suivre cet objectif : la justice avec la création d'un service public numérique, le monde des entreprises avec la création d'un service d'explication de la réglementation dont les réponses seront valables face à l'administration...
Emmanuel Macron a promis la création d'une banque de données numériques dont les informations pourraient être mise à disposition. Une administration qui délivre des licences pour l'ouverture d'un hôtel pourrait faciliter l'accès à ses données. Une nouvelle start-up pourrait ainsi s'adresser à tous les hôteliers pour leur offrir de nouveaux services.
Les start-up continueront d'avoir le vent en poupe avec le projet de création d'un fond européen de financement en capital-risque doté d'une enveloppe de 5 milliards d'euros.

Protection numérique

Les derniers dégâts causés par le virus Wannacry qui a endommagé de nombreux ordinateurs et touché jusqu'au fonctionnement des chaines de production de certaines usines Renault devrait alimenter encore le besoin croissant de protection des utilisateurs. Mounir Mahjoubi a d'ailleurs fait de la cybersécurité et de la cyberdéfense une des priorités de sa politique numérique.
La renégociation avec les Etats-Unis du Privacy Shield qui fixe les règles de la protection des données personnelles à l'échelle européenne devrait normalement voir le jour.
Ancien Ministre de l'économie, le nouveau Président de la République reste très attaché à l'égalité fiscale en particulier quand elle touche les géants du net. Cette lutte se sera une priorité de l'action européenne du nouveau président de la République.
Tout ça est bien sûr à mettre au conditionnel...