Le futur entrepreneur est parfois perdu devant la variété des aides pour créer son entreprise. Son choix  dépendra de plusieurs critères, dont la nature de son projet. Présentation des différentes structures d'accompagnement.

la pépinière

Dispositif très connu, la pépinière a vu le jour vers la fin des années 70, elle présente l'avantage d'accueillir des entreprises de tout secteur d'activité, qu'elle que soit la phase de maturité de leur projet (vaidation ou lancement par exemple). Outre l'hébergement dans des locaux déjà dotés des matériels nécessaires (bureau, équipements informatiques...), la pépinière conseille les jeunes entrepreneurs, les forme, et les met en relation, de manière privilégiée, avec les interlocuteurs adaptés.
En contrepartie d'un loyer modéré, cette structure représente un moyen pour le créateur de se professionnaliser, sécuriser son projet et le voir aboutir plus aisément, tout en limitant certains coûts et certains risques. A la sortie, le taux de survie est de l'ordre de 75%.

l'incubateur

Type de structure plus récente, l'incubateur offre les mêmes prestations que la pépinière (hébergement, conseil, apport de contacts, aide à l'obtention de financements...) mais s'en distingue sur deux points particuliers. Les projets d'entreprises retenus même si ils couvrent de nombreux domaines, doivent revêtir un caractère innovant ; Ces organismes, majoritairement publics, sont en effet liés à des grandes écoles, des laboratoires de recherche ou encore des pôles de compétitivité, et généralement situés à leur proximité.
A contrario de la pépinière, l'incubateur vise plus spécifiquement à accompagner les futurs créateurs dans les phases de montage et de consolidation de leur projet. Les jeunes entreprises ayant profité du dispositif affichent un taux de survie aux alentours des 80%.

l'accélérateur

L'accélérateur d'entreprises demeure une opportunité pour les créateurs avec, comme son nom l'indique, une notion de rapidité. L'accompagnement proposé similaire à celui de la pépinière ou de l'incubateur, demeure cependant plus court, généralement de l'ordre de 6 mois, sans pénaliser la mise en oeuvre et l'aboutissement du projet.

la couveuse

La couveuse enfin, est une structure d'aide ciblant les projets à destination des secteurs porteurs et/ou innovants, mais au concept légèrement différent. Sous couvert d'un Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise (CAPE), elle permet aux candidats de tester leur projet en situation réelle sur les marchés, dans un cadre légal qui n'exige pas d'avoir au préalable créé
officiellement leur entreprise. Cette particularité constitue un véritable atout en termes de sécurité et de réductions des risques. Elle constitue un moyen de valider la faisabilité du projet, de procéder à d'éventuelles adaptations, de commencer à développer son activité, tout en se formant au métier d'entrepreneur. Environ 70% des bénéficiaires du dispositif réussissent. Les couveuses sont très exigeantes, et attendent de leurs partenaires qu'ils prennent en compte dans leur projet certaines problématiques comme le développement durable.

quelle structure pour son projet ?

Le choix du type de structure d'accompagnement dépend essentiellement de la nature du projet et de sa phase de maturation. Quelles que soient les forces et les faiblesses de ces différents dispositifs d'aides, ils présentent tous des taux de survie sensiblement similaires, supérieurs à ceux d'un lancement classique d'entreprise.
Attention ! Le nombre de places est souvent restreint, concentrez tous vos efforts à la constitution de votre dossier pour mettre toutes les chances de votre côté.