Les drones dessinent de nouvelles perspectives pour le marché de la livraison des colis légers. Plus écologique et moins couteuse, cette technologie est déjà expérimentée en Australie. Mais les obstacles législatifs demeurent nombreux dans les autres pays, notamment en France.

Les étudiants australiens se font déjà livrer par drone

En Australie, la livraison par drone est déjà une réalité : deux start-ups, Zookal et Flirtey, se sont associées pour proposer la livraison par drones de manuels scolaires aux étudiants de Sydney. Il suffit de commander via une application mobile et la livraison est expédiée en quelques minutes.

L'expérience se limite à de petits colis dans un rayon de 3 km autour du centre-ville. En pratique, le drone est guidé par un GPS. Une fois sur le lieu de livraison, le client réceptionne le colis et en accuse bonne réception via son smartphone.

Google et Amazon se lancent dans les drones

Les géants Google et Amazon travaillent depuis plusieurs années sur le concept de la livraison par drone. Amazon a été le premier à lancer en 2013 son projet "Amazon Prime Air" qui permet de faire voler des drones à plus de 80 km/h pour livrer des colis pesant jusqu'à 2,2 kg. Google lui a emboité le pas en lançant en 2014 son projet "Project Wing" de livraison par drones, en cours d'expérimentation en Australie.

Des obstacles législatifs importants

Si techniquement, ces projets pourraient être mis en place d'ici un ou deux ans, plusieurs obstacles freinent leur arrivée.

Obstacle sécuritaire d'abord : la livraison par drone pose la question de la sécurité de la navigation dans l'espace aérien des grandes villes (risque de collision entre drones, avec des fils électriques, des lampadaires, des oiseaux...)

Obstacle législatif ensuite : c'est parce que la réglementation en Australie est plutôt permissive que l'expérience de Sydney a été rendue possible. Mais aux Etats-Unis et en France, c'est loin d'être le cas. Le projet Amazon, le plus avancé, n'a pas encore obtenu l'aval des autorités américaines de l'aviation.

La France se dote d'une législation spéciale

Consciente des enjeux notamment commerciaux de cette innovation, la France a été le premier pays à se doter en 2012 d'une législation spéciale pour les drones. Le texte, basé sur le principe de précaution, demeure néanmoins très restrictif.

En l'état actuel des choses, le drone n'est donc pas prêt de remplacer votre facteur...