A défaut de se ruer dans les boutiques et autres centres commerciaux, les consommateurs préfèrent cliquer. Selon les chiffres du premier trimestre 2017, présentés jeudi par la Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les ventes en ligne ont progressé de 14,2 % par rapport à la même période en 2016, à 20 milliards d'euros. Dans le même temps, le nombre de commandes a augmenté de 20,5 %, ce qui induit une légère baisse du montant moyen d'achat. Au total, les consommateurs sont désormais 36 millions à commander en ligne, soit 1 million de plus que l'année dernière, selon les chiffres de Médiametrie.

Le panier moyen continue, lui, de baisser, à 69 euros au premier trimestre 2017, contre 73 euros en 2016 et 78 euros en 2015. Au total, la Fevad estime le nombre de transactions (produits et services) à 290 millions sur la période, un chiffre multiplié par 4 depuis l'année 2010. Mais cette baisse du panier moyen est compensée par l'arrivée de nouveaux acheteurs et par la hausse de la fréquence des transactions, passée à 9 en moyenne, contre 7 un an plus tôt. Ainsi, au total, au premier trimestre 2017, chaque acheteur a tout de même dépensé en moyenne près de 650 euros.

206.800 sites marchands actifs en France

L'élargissement de l'offre n'y est sans doute pas pour rien. La Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance recense pas moins de 206.800 sites marchands actifs en France, soit une hausse de 11 % sur un an, soutenant donc la tendance observée au premier trimestre 2016 (+ 12 %). Dans cet environnement particulièrement dynamique, les places de marché font encore mieux, en enregistrant une croissance de 19 %. Amazon, Cdiscount et la FNAC en bénéficient, constituant toujours le trio de tête des sites les plus fréquentés.

Si l'essentiel des transactions se réalise toujours via un ordinateur, le mobile continue de faire son chemin. L'indice iCM, qui mesure les ventes sur l'Internet mobile, est en hausse de 31 % au premier trimestre 2017. Les 100 sites interrogés pour faire ce panel (75 proposant des produits grand public, 15 de l'e-tourisme et 20 de vente aux professionnels) réalisent désormais 27 % de leur volume d'affaires sur terminaux mobiles, soit 5 points de plus qu'en 2016.