Si les ventes de montres connectées ont fait Objetle bonheur de leurs fabricants en cette dernière période de fêtes de Noël, l'année 2015, mais également les suivantes, s'avèrent tout aussi prometteuses. Plus qu'un simple effet de mode, c'est bien une véritable petite révolution qui est en marche, et qui ne se limite pas qu'aux montres et bracelets. Zoom sur le marché grandissant des objets connectés.

L'intérêt croissant des particuliers pour l'objet connecté

De la même manière qu'Internet et les Smartphones ont réussi à s'imposer dans notre quotidien, les objets connectés, également connus sous les initiales " IOT ", deviendront très certainement indispensables demain.

Encore très confidentiels il y a quelques années – les premières innovations datant du début du siècle – les objets connectés ont véritablement commencé à s'imposer en 2013. Tout d'abord déployés dans des domaines très spécifiques, comme ceux du sport et de la santé, et pour des cibles bien définies comme les sportifs, les objets connectés se sont peu à peu ouverts au grand public, et séduisent aujourd'hui de nombreux particuliers.

Environ 50 millions d'objets connectés, principalement des montres et des bracelets, se sont ainsi vendus en 2014 à travers le monde, soit une croissance de l'ordre de 40% par rapport à l'année précédente. Aussi, si ce chiffre semble déjà important, il apparaît pourtant minimaliste en comparaison avec les nombreuses estimations qui fixent à près de 80 milliards le nombre d'objets connectés en circulation d'ici l'horizon 2020.

Le vivier des objets connectés

Le marché actuel étant essentiellement concentré sur les montres et bracelets, il reste aux objets connectés un formidable potentiel de développement dans de très nombreux univers, et foule de professionnels, sans s'y tromper, ont décidé de se lancer dans cette conquête. Le célèbre Consumer Electronics Show, tenu tout début janvier 2015 à Las Vegas, a ainsi réuni 3 200 exposants, dont 70% d'entre eux étaient venus avec leur objet connecté.

Habillement, habitat, automobile, éducation... presque tous les secteurs aujourd'hui disposent de leurs objets connectés. Il est ainsi possible de vêtir un t-shirt dont la couleur s'adapte à son humeur, ou un gilet relié à son compte Facebook et qui se gonfle dès lors qu'une de nos publications est " likée ". On trouve également dans le domaine de l'habitat, parmi les plus connus, la plaque de cuisson et le réfrigérateur intelligents. Dans l'univers de l'éducation enfin, une brosse à dent spécialement conçue pour les enfants vient d'arriver sur le marché, pour leur apprendre dès le plus jeune âge à avoir une bonne hygiène dentaire et un " sourire bright ".

L'objet connecté à l'épreuve du temps

Certes certains objets connectés n'ont pas véritablement d'utilité démontrée, et ces gadgets seront très probablement voués à disparaître une fois l'effet de mode passé. Pour autant, d'autres constituent une formidable avancée technologique et feront partie intégrante de nos usages.

L'automobile est l'un des meilleurs exemples qui puisse être cité en matière de durabilité des objets connectés. Conduite autonome, ainsi que systèmes de maintenance et de sécurité intelligents, sont autant d'applications très attendues.

L'avenir des objets connectés est donc, d'une manière générale, écrit pour durer. Cependant, reste que nombre d'entre eux doivent encore être travaillés, en matière de recherche et développement, mais également de sécurisation des données contre les piratages dont certains cas ont largement fait écho dans la presse. Une autre étape importante réside ensuite dans la commercialisation qui doit être accessible à tous en termes de prix. Pour l'heure, au-delà des mentalités qui semblent prêtes à accueillir cette révolution, le coût de tels objets, ou tout du moins des plus pertinents, représente un frein considérable.