Même si la dynamique est en faveur du marché, la tendance n'est pas près de s'inverser : en France, les entreprises se tournent davantage vers les banques que vers les marchés pour se financer. Selon les dernières statistiques de la Banque de France sur le financement des société non financières, le crédit bancaire a progressé de 4,2 % sur un an à fin mai, contre 10,2 % pour le financement de marché. Mais sur les 1.548 milliards d'euros d'encours, 931 milliards (soit 60,1 %) sont des crédits bancaires et 617 milliards (39,9 %) sont des financements de marché.

Si les marchés attirent de plus en plus les entreprises c'est notamment en raison de leur coût inférieur à celui du crédit bancaire. D'après le relevé de l'institut d'émission, il a baissé de 8 points de base, à 0,75 % en mai, alors que le coût des prêts bancaires a augmenté en moyenne de 7 points de base, à 1,52 %. Les sociétés qui se tournent vers le marché apprécient, par ailleurs, la plus grande réactivité des taux à la faveur de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). De plus, à partir de juin 2016, l'institution gardienne de l'euro a commencé à intégrer la dette d'entreprises dans ses achats d'actifs, aplatissant ainsi les taux.

Ce n'est donc pas un hasard si la croissance du financement de marché a dépassé celle du crédit bancaire à l'été 2016. Enfin ce sont les grandes entreprises qui sont les plus friandes des marchés. Leur poids important explique également la dynamique de cette forme de financement.

Il n'en reste pas moins que les entreprises dans l'ensemble préfèrent se tourner vers les banques, notamment les petites. L'encours des crédits aux PME à fin mai s'élève à 390 milliards d'euros contre 254 milliards pour les ETI et 105 milliards pour les grandes entreprises. Les encours progressent dans tous les secteurs, jusqu'à 6,2 % dans l'enseignement, la santé et actions sociale. Seule la construction affiche une baisse de son encours (-2 %). La croissance du crédit aux entreprises devrait se poursuivre. Selon l'enquête mensuelle de la Banque de France auprès des banques, la majorité des établissements bancaires font état d'une légère hausse de la demande de crédits des entreprises au mois de juin, une première depuis février.