Chaque contrat de travail est unique, tout comme la personne qui en bénéficie. Vous devez réfléchir au format qui conviendra le mieux à votre entreprise comme au profil que vous recrutez. Mais comment faire le bon choix ?

Contrat de travail n°1 : le CDI

Le Contrat à Durée Indéterminée (CDI) ne prévoit pas de durée d'embauche, et offre une stabilité à l'employé. En choisissant ce contrat de travail, vous envoyez un signal positif qui signifie à votre employé que vous lui faites confiance. Une période d'essai vous permet de vous conforter dans votre recrutement, ou au contraire de rompre le contrat sous réserve d'une justification. Vous devez remplir une déclaration d'embauche auprès de l'organisme en lien avec votre secteur d'activité (Urssaf, Mutualité sociale agricole). Un CDI peut être rompu si vous le décidez ou si votre employé souhaite quitter l'entreprise. Généralement, un préavis d'environ 3 mois est à respecter.

Contrat de travail n°2 : le CDD

A l'origine, le Contrat à Durée Déterminée (CDD) devait être un contrat d'exception, mais la crise a généralisé son utilisation. Comme son nom l'indique, il est signé pour une durée déterminée. Le CDD ne peut être renouvelé qu'une seule fois, en fonction de certaines conditions. La période d'essai n'est pas obligatoire, et peut amener à la rupture du contrat sans justification. Le CDD répond à des conditions règlementaires très strictes. Il peut être motivé par un remplacement (congé maternité par exemple), répondre à un accroissement temporaire de votre activité, ou être lié à un besoin en matière de formation et/ou d'emploi (embauche de seniors, contrats aidés, etc.). A l'issue de ce contrat, si vous choisissez de garder votre employé, celui-ci est automatiquement embauché en CDI. Dans le cas contraire, vous êtes souvent amené à lui verser des indemnités de fin de contrat.

Contrat de travail n°3 : l'intermittent

A ne pas confondre avec les intermittents du spectacle ! Le contrat dit " intermittent " est un contrat à durée indéterminée dont la nature implique une alternance des périodes travaillées. Il est intimement lié à votre secteur d'activité et au poste recherché : employé agricole, formateur, éducateur, animateur sportif... Le contrat de travail que vous mettez en place doit mentionner la durée minimale annuelle que votre employé devra réaliser, et faire suite à un accord collectif ou d'entreprise.

Contrat de travail n°4 : l'alternance

C'est un contrat exigeant pour l'employé, mais qui permet à des jeunes de se former à un métier tout en obtenant un diplôme universitaire (ou une qualification). Deux types de contrats s'offrent à vous :
- Le contrat d'apprentissage, si vous embauchez un jeune entre 16 et 26 ans. Initialement construit comme un CDD, il a été étendu en 2014 à une durée indéterminée. Votre employé alterne entre sa formation et son activité au sein de votre entreprise.
- Le contrat de professionnalisation, qui est accessible à la même tranche de population que l'apprentissage, mais qui s'étend aux demandeurs d'emploi de plus de 26 ans.

Ces deux contrats sont des " contrats aidés ", qui visent à soutenir l'insertion professionnelle des jeunes.

Contrat de travail à temps partiel

Ce contrat est applicable à tous les contrats de travail précédemment listés. Il est souvent motivé par la situation personnelle de l'employé, mais peut également être une solution aux besoins de votre entreprise.