Jeune étudiante de 24 ans, il me semble être la plus concernée pour vous donner mon point de vue sur le rythme école/entreprise... Cela fait maintenant 5 ans que je suis apprentie, alors l'alternance ça me connaît !

Durant ces années d'alternance, j'ai intégré plusieurs entreprises dans différents secteurs d'activité. Toutes mes expériences ont été enrichissantes, mais chacune pour des raisons diverses.

Voici quels sont, selon moi, les points essentiels à prendre en compte lorsque l'on embauche un jeune en alternance.

La première impression, souvent la bonne

Je me rappelle avoir vécu un accueil désastreux où personne ne se rappelait que j'arrivais...

Lorsqu'un apprenti arrive dans une nouvelle entreprise, il est essentiel de l'accueillir. Qui dit accueillir veut dire qu'il puisse se sentir attendu. Son poste doit être prêt, ses outils et logiciels doivent être prêts à l'utilisation, ses éventuels collègues doivent être informés en amont de son arrivée et ses missions doivent être anticipées : dès le premier jour de son contrat, il pourra alors se sentir à l'aise et démarrer rapidement.

Etre formé pour devenir autonome

Pour qu'un tuteur puisse profiter pleinement des compétences de son apprenti, il est nécessaire de le former rapidement. L'alternant est très souvent jeune avec peu d'expérience, il est donc plus facile à former puisqu'il n'a aucune mauvaise habitude. Profitez-en et rentabilisez votre temps !

Soyez pédagogue

Si on souhaite embaucher un apprenti, c'est souvent par plaisir de transmettre son savoir. Quel que soit votre secteur d'activité, n'oubliez pas pour autant d'être pédagogue ! Un apprenti a besoin d'apprendre, il est donc important de l'accompagner. D'ici peu de temps, il sera salarié d'une entreprise, pensez également à le responsabiliser et lui montrer les vraies valeurs du travail en le challengeant.

Parlons salaires !

Selon la Convention Collective Nationale (CCN) dont vous dépendez, les grilles de salaires peuvent varier. Sachez pour autant qu'au 1er janvier 2016, un contrat d'apprentissage est payé 41% du SMIC (soit 601,31€) si le jeune a plus de 18 ans et que c'est sa première année d'alternance. L'employeur peut également bénéficier d'aides de l'Etat.

Une intégration progressive

Si la collaboration entre l'apprenti et le tuteur fonctionne bien, pourquoi ne pas l'embaucher en CDI après son contrat d'alternance ? Si la trésorerie de votre entreprise vous le permet, l'alternance peut alors être considérée comme une filière de recrutement et d'intégration à moyen terme. Dans ce cas, le contrat d'alternance sera donc finalement l'équivalent de la période d'essai.

Attention, ne prenez pas pour autant le risque de promettre un CDI à votre apprenti lors de son entretien d'embauche...vous ne pourrez pas prévoir à l'avance l'activité de votre entreprise.

Alors n'attendez-plus et recrutez vos futurs salariés en alternance !