Que ce soit sous l'appellation de " caméra embarquée ", de " caméra miniature " ou encore de " mini caméra ", nous avons tous entendu parler de la GoPro. Voire, nous faisons partie de ces nombreux Français qui se sont dotés de cet équipement. Véritable phénomène dont les ventes ont explosé jusqu'à aboutir à des ruptures de stocks, son créateur est passé du statut de chômeur à celui de milliardaire. Retour sur une success story à l'américaine.

La GoPro, de quoi parle-t-on ?

Apparue à la fin des années 2000, la GoPro est une caméra miniature, faisant aussi office d'appareil photos, avec une qualité d'image haute définition. Elle concurrence largement les traditionnels caméscopes et même les matériels dédiés aux professionnels comme les cinéastes.

Les autres particularités de la GoPro ? Petite et légère, elle est aisément transportable et tient bien dans la poche d'un pantalon. Elle peut être fixée un peu partout, sur des équipements comme un vélo ou une planche de surf, ou sur soi, sur la tête ou à la ceinture par exemple, à l'aide d'accessoires. Elle est également résistante contre les chocs et l'eau, permettant de filmer des scènes dans les situations les plus extrêmes, en l'air et sous les mers (jusqu'à 60 mètres de profondeur). Selon les modèles, elle peut également être contrôlée à distance.

La GoPro offre l'avantage d'être relativement accessible financièrement, étant disponible en version premier prix pour moins de 250 euros.

La GoPro, preuve que le rêve américain est encore possible

La GoPro demeure la preuve, après Facebook, que le rêve américain reste encore possible. A la différence qu'elle n'est pas, à l'origine, la création d'un étudiant au gros cerveau sorti de l'Université d'Harvard.
Chômeur fan de surf, Nick Woodman, ambitionne de filmer ses exploits sportifs. Dès 2001, il se lance à la fabrication maison de sa caméra embarquée. Fixée sur sa planche de surf, il réalise alors ses premières vidéos de scènes extrêmes qui font rapidement des adeptes dans sa discipline. Si bien qu'en 2005, il crée son entreprise Woodman Labs et commercialise ses premières GoPro.

D'abord réservée au public averti des sportifs, la GoPro se répand très vite et devient un phénomène de société planétaire. Ainsi, chacun veut avoir sa caméra miniature pour " Être un héro " comme le garantit le slogan de la marque. En peu de temps, le marché de niche devient un marché mondial, où victime de son succès, la marque a rencontré, notamment en France, plusieurs ruptures de stocks successives.

Côté chiffres, Nick Woodman rejoint très vite la sphère des milliardaires américains. L'entreprise fait aussi son entrée en bourse en juin de cette année.

Les applications de la GoPro

Si le phénomène a séduit tant de personnes à travers le monde, c'est bien que la GoPro répond à un besoin commun, qui va au-delà des premiers objectifs de la marque.
C'est un outil pour tous, où chacun a la capacité de pouvoir filmer des exploits, même si bien entendu l'univers sportif reste la première cible et la première vitrine pour la marque : sports extrêmes en tout genre et exploits comme le célèbre saut à 40 000 mètres de hauteur effectué par Félix Baumgartner.

La GoPro est entrée dans toutes les chaumières et détrône les classiques caméscopes et appareils photos pour immortaliser certains instants du quotidien, où chacun se rêve en vidéaste professionnel. Les vidéos et photos réalisées par les particuliers avec la caméra se retrouvent fortement diffusées sur le net, certains sites web sont même dédiés aux images prises avec la GoPro.

Elle offre de nombreuses perspectives pour les professionnels de tout bord, facilitant notamment certaines tâches. Elle permet par exemple d'avoir en visuel certains endroits difficiles d'accès ou dangereux pour l'Homme, ou encore d'équiper certains appareils, comme des drones, là où une caméra classique ne saurait pas être envisageable.