Depuis 1999, l'association Villes Internet propose un système de certification des villes hexagonales qui font la part belle aux politiques numériques et au développement des nouvelles technologies dans leurs infrastructures. Ce label des villes les plus connectées permet d'établir un aperçu sur l'état de la révolution numérique sur le territoire Français.

L'arobase comme symbole de la certification

Symbole absolu du basculement vers le virtuel - déjà largement amorcé -, l'arobase (@) reste un caractère qui parle au grand public. C'est à travers ce symbole que les villes qui ont obtenu le label de zones connectées peuvent afficher leur dynamisme en la matière. Concrètement, en fonction de l'état d'avancée de leur politique numérique, les communes récompensées obtiennent entre une et cinq arobases, qu'elles peuvent afficher sur les panneaux qui signalent l'entrée de chacune des agglomérations en question. Une ville qui obtient une seule arobase a bien souvent accepté de participer à une étude de labellisation, ce qui prouve un effort consenti vers le numérique, alors qu'une agglomération qui affiche cinq arobases s'installe définitivement dans le paysage français comme une zone qui privilégie les nouvelles technologies. Le but de cette certification est d'extérioriser l'effort citoyen local mis en oeuvre dans le but de démocratiser les nouvelles technologies et de renforcer l'intérêt général sur le sujet.

Le palmarès 2015

En ce début d'année, un certain nombre de villes françaises peuvent se prévaloir de cinq arobases, ce qui vient récompenser leurs efforts en faveur du numérique durant l'année précédente. Parmi elles, on retrouve notamment Agen (47), Aix-Les-Bains (73) et Argentan (61). Des villes comme Val d'Isère (73), Annemasse (74) ou encore Vincennes (94) ont quant à elle obtenu 4 arobases. Les villes de Bourg-La-Reine (92), Cachan (94) ou encore Cabourg (14) peuvent afficher fièrement leurs trois arobases sur les panneaux municipaux, et des cités comme Gandrange (57), Jarny (54) ou Igny (91) ont obtenu deux arobases symbolisant leurs efforts croissants pour l'Internet citoyen.

Un label qui devrait élargir ses critères

L'année prochaine, le label pour la mise en valeur des villes connectées devrait s'étendre aux territoires, aux villes, mais aussi aux villages qui plébiscitent les nouvelles technologies. Toutes les entités des différents territoires, qu'il s'agisse de groupements de collectivités, d'établissements publics de coopération intercommunale, de villes ou de petits villages, pourront participer et demander leur certification Internet. Un classement général sera établi à la fin de l'année 2015. En participant, et grâce à la plateforme de l'association Villes Internet, ces entités territoriales pourront mutualiser les initiatives en faveur du numérique, afin d'augmenter l'expertise collective de l'ensemble des territoires connectés entre eux. Cela permettra à tous les habitants d'appréhender et d'utiliser de plus en plus les outils numériques modernes.

Certification web : quels avantages ?

Les territoires, les villes et les villages qui participent à cette certification profitent de nombreux avantages en termes d'analyse de leurs infrastructures numériques et de promotion de leurs régions et de leurs élus. Au travers du questionnaire de certification, les territoires sont ainsi en mesure d'évaluer par eux-mêmes le niveau de développement de leurs politiques globales en faveur du numérique. Cette participation permet également de mettre en valeur le travail et l'engagement des élus en faveur de la modernisation de son territoire, au même titre qu'elle permet d'étendre l'implication des différentes équipes municipales travaillant à l'avancée des projets numériques. Concourir pour ce label constitue clairement un moyen pour les municipalités de valoriser leur territoire, et la participation à cette dynamique permet de fédérer les différents agents municipaux autour d'un projet commun, et représente en ce sens un outil de management efficace. La certification et ses manifestations sur les panneaux municipaux ou au travers d'articles de presse, permet de promouvoir auprès des citoyens les efforts effectués par la municipalité en faveur du développement numérique.