L'écho de la route connectée du projet “Route 5ème génération” se confirme avec la sortie des nombreuses voitures innovantes. Ce projet titanesque vise à apporter aux infrastructures routières une touche d'innovation, mais pas que. Focus sur la route connectée de demain.

Initié par l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux et en partenariat avec des pouvoirs publics et privés ainsi que le programme européen « Forever Open », la Route 5e génération a pour ambition de faciliter la conduite, renforcer la sécurité routière et rendre les infrastructures moins énergivores.

Une route connectée au service des conducteurs 

 

Recharger sa voiture électrique en roulant. Grâce à des câbles électriques sous la route, les autoroutes seront équipées d'un système d'induction dynamique permettant aux conducteurs de recharger leurs voitures électriques tout en roulant, sur la voie de droite.

Recevoir des informations en temps réel sur route. Grâce à des systèmes coopératifs à l'image de Waze, les usagers auront une remontée d'informations liées à la conduite. Il peut s'agir de l'état du déplacement, du niveau de trafic, des conditions climatiques, de la localisation et des ressources aux alentours, etc.

Bénéficier d'une aide automatique à distance. Grâce à la route connectée, une conduite automatisée sera proposée aux voitures qui, en cas de problème, pourront être pilotées à distance par un centre de régulation.

Rouler en toute sécurité surtout en condition difficile. Des mises en garde préventives verront le jour avec la route connectée de demain qui consiste, entre autres, à donner une alerte à l'abord d'un chantier, en cas de brouillard ou d'un obstacle. Les signalétiques routières, les barrages de sécurité et tout élément informatif sur la route seront optimisés.

Une route connectée écologique

Plus de 50% des matériaux utilisés pour les travaux seront des éléments recyclés composés de bois, de gravats et de bitumes endommagés. Des micro-algues vont également remplacer le bitume de pétrole pour maîtriser l'impact environnemental. Ces compositions seront renforcées par une couche de roulement ultra-résistant à base d'enduit hydraulique fibré gravillonné, permettant aux chaussées d'allonger leur durée de vie de plus de 30 ans.

La Route 5ème génération projette également de réduire les nuisances de roulement des véhicules en ville. Affecter certaines voies aux piétons, encourager les covoiturages ou encore créer un tout autre mode de transport seraient envisageables. Ce dernier est basé sur le projet Hyperloop, un train sous forme de capsule à vitesse supersonique, pouvant rouler sur la terre comme sous l'eau, mais qui comporte d'énormes contraintes.

Des réseaux routiers plus faciles à entretenir

Les gestionnaires travaillent sur des solutions visant à déployer la communication et l'échange d'énergie entre l'infrastructure, le véhicule et le centre de gestion. Ils pourront assurer l'entretien des infrastructures routières sans gêner la circulation et offrir aux usagers un nombre croissant de services pratiques sur la route.

Ainsi, les chaussées de demain pourront se démonter facilement pour laisser apparaître les réseaux souterrains d'eau, d'électricité, de gaz, de fibre, etc sans avoir à creuser de nouvelles voies. Les routes seront capables de s'auto-diagnostiquer et de s'autoréparer en retrouvant leurs propriétés initiales après un événement destructeur comme une tempête, un glissement de terrain, un séisme, etc.

Une route intelligente 

Dans l'optique d'améliorer les conditions routières, les marquages au sol lumineux déjà utilisés sur l'autoroute N329 au Pays bas pourraient servir de modèle à la France. Il s'agit d'une peinture luminescente qui se recharge en journée grâce à l'énergie solaire et qui renforce la visibilité des bandes blanches durant la nuit pendant 10 heures. Ceux qui ont un handicap visuel mineur n'auront plus peur de rouler la nuit.