La Belle Mèche n'est pas un salon de coiffure, ni un artificier mais une marque de bougies parfumées aux notes simples, authentiques, bien loin des parfums des grandes marques. Créée en 2013 par Laura & Pierre Dellinger, La Belle Mèche se démarque par le caractère original et artisanal de ses créations olfactives mais aussi par la modernité de son approche marketing et commerciale, une approche aux senteurs digitales très prononcées.

De nombreux entrepreneurs considèrent leur entreprise un peu comme leur bébé et ils se rappellent comme si c'était hier le jour de la naissance. Pour Pierre Dellinger et La Belle Mèche c'était le 18 novembre 2013, un nouveau-né scorpion ascendant digital...

" J'ai baigné dans les nouvelles technologies, nous explique le créateur de La Belle Mèche. Après des études de commerce, j'ai été responsable grands comptes dans une société spécialisée dans les technologies de l'information et de la communication, puis j'ai travaillé dans une entreprise de prêt-à-porter où je m'occupais des sites internet. "

Les potentialités du e e-commerce ont vite sauté aux yeux du futur entrepreneur. Le commerce électronique est un formidable écrin pourvu qu'on y mette de beaux bijoux...

" Mon épouse et moi étions très consommateurs de bougies, de belles bougies révèle Pierre. Passionnés par le monde digital, conquis par les possibilités du e-commerce, il nous manquait juste le bon produit. J'ai tâtonné, cherché, comparé, analysé la concurrence avant de trouver la bonne idée. "

Une idée qu'ils avaient sous le nez car la bougie est le produit idéal pour le e-commerce.Un produit petit, facile à envoyer, facile à stocker.
La bellemeche.com reste le socle de l'activité mais la commercialisation des produits passe également par de nombreux points de vente. Aujourd'hui, les bougies La Belle Mèche sont distribuées dans plus de 180 espaces en France et à l'étranger.

" L'essentiel de notre chiffre d'affaires provient des boutiques, détaille le cofondateur de La Belle Mèche, mais les marges les plus importantes sont réalisées sur notre site internet. Il est donc indispensable que notre site réponde aux critères et aux besoins de nos clients, qu'il soit responsive (accessible de manière identique sur PC, mobile ou tablette) et permette une prise de commande rapide et intuitive. "

Mais le passage à l'acte ne va pas de soit pour certains produits, difficile d'acheter une côte de boeuf en ligne par exemple. C'est la construction d'une relation de confiance entre le client et la marque qui va faciliter l'acte d'achat.

" Regardez le succès d'un site comme Sarenza, explique Pierre Dellinger. Il y 15 ans personne n'osait acheter des chaussures sur internet, aujourd'hui sarenza.com a été élu meilleur site de mode. Je fais le pari que ce sera la même chose pour les bougies. Si j'ai une marque forte, que les gens sont rassurés, ont confiance dans mes produits, ils n'auront aucun problème à acheter des bougies sur la bellemeche.com. Ils pourront le faire sans avoir a les sentir parce qu'ils ont confiance dans la marque surtout si ils ont déjà pu tester nos produits dans une de nos boutiques. "

Le pari de la vente en ligne repose très fortement sur la construction d'une marque forte. Les boutiques jouent un rôle de prescripteur et font partie intégrante de la stratégie de marque au même titre que les réseaux sociaux.

" Au moment de lancer la marque, nous avions très peu de moyens, pas d'agence de presse, pas d' agence de communication. Nous avons bâti une grande partie de notre notoriété en étant très actif sur Facebook,Twitter, Instagram... Nous y avons parlé de notre aventure, de nos déboires, de nos réussites. Nous communiquons sur nos produits mais aussi sur la vie de notre entreprise. Les gens n'achètent pas uniquement une bougie, ils achètent aussi ce qu'il y a autour, les valeurs qui s'y rattachent, l'histoire qu'on leur raconte. Les réseaux sociaux sont très efficaces pour donner corps à ce discours. "

Construire une communauté n'est pas l'apanage des réseaux sociaux. C'est en cherchant une source de financement via une solution de crowfunding que La Belle Mèche a aussi pu accroître son nombre de sympathisants. " Nous avions besoin de 5 000 euros pour développer notre site, dévoile Pierre. Nous nous sommes tournés vers une plateforme de financement connue qui nous a permis de recueillir rapidement cette somme et à notre grande surprise nous avons aussi gagné une communauté. Certaines personnes qui nous ont financées continuent à nous envoyer des messages, à nous encourager, à commander. On a trouvé de l'argent et une communauté. "
Une communauté et une famille qui devraient encore s'agrandir avec l'arrivée de la petite dernière : la boutique La Belle Mèche inaugurée le 16 octobre dernier à Lyon.

Le site La Belle Mèche
http://www.labellemeche.com/fr/

La page Facebook
https://www.facebook.com/labellemeche/?fref=ts

Portrait chinois 2.0

Votre premier souvenir digital ?
Ma première boîte mail chez Caramail que j'ouvrais depuis un ordinateur dans une salle informatique de mon lycée. Ca remonte à loin.

Une application indispensable à votre activité ?
Indiscutablement, nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Une application, un site rêvé pour votre activité ?
Je rêve d'un SAP (logiciel de gestion intégré), j'ai plusieurs outils pour gérer mes commandes, mon stock, ma facture... Si j'avais un outil unique très simple, mon quotidien serait plus léger.

Si vous étiez condamné à rester sur une île déserte, quel outil digital emporteriez-vous ?
Je partirai plus avec mon couteau suisse qu'avec mon smartphone.

Souffrez-vous d'un TOC digital ?
Je suis fan de course à pieds et je suis incapable de pratiquer ma passion sans l'application Nike + Run alors que pour courir il suffit simplement de mettre des baskets et un short... Je ne cours plus seulement pour le plaisir de courir mais aussi pour les stats, ce qui, quand on y réfléchit bien est un peu bête.

Un outil digital, un site indispensable quand on se lance ?
Deux bons ordinateurs, une connexion internet qui ne plante jamais et une bonne plateforme pour héberger le site surtout si il s'agit d'un site e-commerce.

Si vous étiez une application mobile ?
Nike + Run

Si vous étiez un logiciel bureautique magique ?
Un logiciel de gestion intégré pour gagner du temps et me consacrer à l'essentiel de mon activité.

Si vous étiez une start-up qui fait rêver ?
Je rêve de moins en moins des start-up que je trouve souvent plus concentrées sur la levée de fond que sur l'intérêt de leur innovation. La valeur d'une idée ne se jauge pas uniquement aux millions d'euros de sa valorisation mais aussi sur le réel intérêt qu'elle peut susciter auprès de ses potentiels clients. On voit maintenant des entreprises qui s'arrêtent parce qu'elle n'ont pas pu lever 500 000 euros.

Un hastag Twitter ?
#jesuisrogerfederrer, fasciné par son dernier succès à l'Open d'Australie.

Un site internet ?
labellemèche.com

Un smartphone ?
Mac addict, fidèle à la marque à la pomme depuis l'iPhone 3. J'ai le 6 et j'attends le 8, je passe mon tour pour le 7.