Comme en 2013, l'internet des objets continue de créer le buzz cette année. Annoncé comme la première révolution numérique de ce siècle, il fait parler de lui depuis quelques temps déjà sans toutefois trouver son essor. Que se cache-t-il derrière tout cela ? Entrerons-nous véritablement dans une nouvelle ère technologique en 2014 ?

Un peu d'histoire

Historiquement, l'internet des objets, qui consiste en la connexion des choses et des lieux, n'est pas une nouveauté. La technologie était jusqu'alors plus confidentielle, car elle était très onéreuse. Mais depuis quelques années, une nouvelle ère semble se profiler, et ce pour plusieurs raisons.

En termes de technologie, les réseaux se sont massivement développés, et l'informatique s'est miniaturisé et coûte de moins en moins chère. En termes d'évolution des mentalités, l'homme vit en quasi permanence connecté. Il suffit d'évaluer le nombre de détenteurs de smartphones, qui, de plus en plus, pourraient difficilement s'en passer, pour estimer que le consommateur paraît mûr pour cette évolution. Du côté des entreprises, qui cherchent à accroitre leurs marchés, l'internet des objets représente une source de croissance monumentale, mais également un formidable moyen d'en connaître toujours un peu plus sur leurs clients.

Ainsi, plusieurs produits, plus ou moins développés, sont apparus sur le marché. Montres, voitures, réfrigérateurs, brosses à dents, appareils pour bébé, pilulier, tout objet de l'univers de la maison semble pouvoir être connecté. Tout comme les Américains, précurseurs du phénomène, des entreprises françaises commencent à se positionner pour prendre part à cette folle envolée. François Hollande l'a d'ailleurs cité parmi ses thèmes d'avenir.

Un phénomène controversé

Une folle envolée justement ! Le phénomène annoncé est en effet très controversé et pourrait bien se transformer en gouffre terrifiant, s'il n'est pas sérieusement pensé. Car pour l'heure, il reste encore de nombreux points clés à maîtriser.

Premièrement, les concepteurs encensent les objets connectés pour leur caractère innovant. Or, cela ne l'est pas en soi, l'innovation réside plutôt dans les fonctionnalités que ces derniers développeront pour chaque produit. Citons en exemple le pilulier relié à internet qui présente un intérêt certain pour le consommateur. Ses avantages se situent dans ses différents potentiels, dont celui d'informer votre pharmacien qu'il est presque vide et qu'il devra vous livrer vos médicaments dans X jours !

Ensuite, beaucoup d'entreprises sont frileuses à se lancer sur le marché de l'internet des objets. Elles n'ont pas actuellement les compétences nécessaires et les moyens suffisants pour, notamment, assurer la gestion du flux d'informations qu'elles seront amenées à collecter, et à garantir leur sécurité. Outre l'évolution de la pensée des consommateurs, le monde de l'entreprise doit aussi être prêt et organisé.

Enfin, la principale inquiétude, et pas des moindres, concerne la protection de la vie privée et la sécurisation des données. Plusieurs scandales l'année dernière ont permis de mettre au jour certaines dérives d'internet et des réseaux sociaux. Parmi elles, les défaillances des différents systèmes, qui ont été plus ou moins enrayées par quelques mesures et une bonne dose d'ignorance. Mais qu'adviendra-t-il à une échelle encore plus grande avec le tout connecté ? Ou encore, l'histoire d'un visiophone pour bébé, devant assurer la surveillance de ce dernier, mais piraté et envoyant des insultes ...

Les consommateurs se montrent un peu plus vigilants face aux évènements récents, certains sont complètement réfractaires aux nouvelles technologies. Cependant, ils devront adopter de nouvelles attitudes pour protéger leur vie privée, afin d'éviter qu'elle se retrouve sur la place publique. Il s'agit bien d'éducation, car même si les entreprises garantissent aux consommateurs que leurs données restent leur propriété et confidentielles, elles ne peuvent pas, à l'heure actuelle, l'assurer à 100%.