Moyen de transport qui permettrait d'effectuer le trajet Paris-Marseille en seulement quarante minutes, l'Hyperloop semble tout droit sorti de l'imagination d'un auteur de science-fiction. Le projet attire un grand nombre d'investisseurs et pourrait se concrétiser dans un avenir très proche, loin d'être une simple utopie.

Les prémices d'un projet stupéfiant

À l'origine du programme Hyperloop, on retrouve le fantasque Elon Musk, milliardaire et entrepreneur américain célèbre pour avoir conçu, entre autres, les voitures électriques Tesla ainsi que les fusées SpaceX.
C'est au cours du mois d'août 2013, au sein d'un livre blanc de 57 pages intitulé Hyperloop alpha, qu'Elon Musk présente et explique les principes du mode de transport révolutionnaire qu'il a imaginé.

Pour résumer, son invention consiste à propulser une capsule d'environ trois tonnes et d'un diamètre inférieur à trois mètres à l'intérieur d'un tube où l'air est presque entièrement absent. Lévitant sur coussin d'air et propulsé au moyen d'aimants, l'Hyperloop serait susceptible d'atteindre une vitesse de l'ordre de 1200 km/h.

Un projet qui suscite un vif intérêt

Déjà fort accaparé par les projets Tesla et SpaceX, Elon Musk a publié le livre blanc d'août 2013 en "open source" ; ce qui signifie que quiconque peut s'inspirer du programme que Musk a conçu pour élaborer son propre Hyperloop.

Trois start-up, séduites par les grandes potentialités du projet d'Elon Musk, ont décidé de se lancer dans l'aventure : Hyperloop Transportation Technologies (ou ITT), Hyperloop Technologies, qui s'est récemment rebaptisée en Hyperloop One et enfin Transpod.

Le 11 mai dernier, Hyperloop One a révélé le nom des neuf investisseurs, parmi lesquels la SNCF, auprès desquels elle a obtenu une levée de fonds de 80 millions de dollars pour mener à bien le projet suivant : effectuer un voyage à taille réelle en Hyperloop au cours de l'année 2016.

Le 9 mai, soit deux jours plus tôt, HTT a présenté le "système de lévitation magnétique passif" qu'elle a créé et qui, selon les experts, consommerait peu d'énergie. La start-up a d'ailleurs signé un partenariat avec la Slovaquie dans le cadre d'un projet européen.

Enfin, dernière venue dans la course, la start-up canadienne Transpod a annoncé qu'elle présentera son prototype d'Hyperloop en taille réelle au mois de septembre prochain. Elle affirme être à même de commercialiser son véhicule d'ici 2020.

Que devient Elon Musk ?

Si les start-up susdites se livrent une concurrence acharnée, Elon Musk n'a toutefois pas oublié son projet et porte un regard attentif à tout ce qui a trait au développement de son invention.

En 2015, le milliardaire a construit une piste d'essai dédiée à l'Hyperloop au Texas. Il a en outre organisé un concours annuel destiné aux entrepreneurs et universitaires, au cours duquel plusieurs équipes se sont affrontées et ont exposé leurs idées concernant la conception de l'Hyperloop (design, aérodynamisme, etc.). 22 équipes ont été retenues et pourront réaliser leur prototype d'Hyperloop. Elles auront l'opportunité de tester leur réalisation sur la piste conçue par Elon Musk.

Dans tous les cas, force est de constater que 2016 fera date en ce qui concerne l'avancée du projet Hyperloop d'Elon Musk.