Âgé de 67 ans et évêque de Luçon depuis 2008, Mgr Castet, qui avait été victime récement d'un infarctus, explique sur le site du diocèse avoir pris sa décision "en accord avec (ses) conseils médicaux". 

Cette démission intervient alors que le prélat, dont les positions conservatrices ne sont pas du goût de tous dans la communauté catholique locale, a démis il y a seulement quelques jours de ses fonctions le père Vincent Lautram, curé des Sables-d'Olonne. 

Une décision contestée par une partie des fidèles sablais, qui ont lancé une pétition pour demander le maintien de leur curé au sein de la paroisse.

"Nous reconnaissons à notre abbé un altruisme, une foi, un engagement pour l'humain qui rendent incompréhensible cette décision, qui risque, si elle était maintenue, de mécontenter une grande majorité de la communauté catholique sablaise, mais aussi de tous les autres citoyens qui voyaient en l'abbé Lautram un homme ouvert, le représentant d'une Église bien avec son temps", explique la pétition. 

"La rumeur a certes relayé des tensions au sein de son diocèse, mais ce ne sont pas les raisons de sa démission", a-t-on fait savoir à la Conférence des évêques de France (CEF), jointe par l'AFP. "Dire que ce départ serait lié à une mésentente avec des prêtres et des fidèles du diocèse est absurde."

"Mgr Castet a connu d'importants problèmes de santé ces derniers mois", a ajouté cette même source. "Sa démission était d'ailleurs prévue, mais il voulait clore les célébrations du 700e anniversaire du diocèse de Luçon."

Des tiraillements se manifestent de plus en plus ouvertement au sein de l'Eglise de France face à la ligne d'ouverture du pape François, certains prêtres et évêques se rapprochant de positions traditionalistes et refusant de le suivre sur des questions comme l'accueil des migrants.