Internet des objets : mieux comprendre les mots qui se cachent derrière cette révolution ! Vous êtes incollable sur les nouvelles technologies et l'Internet des objets n'a aucun secret pour vous ? Passez votre chemin.
Pour tous les autres, lisez attentivement ces quelques lignes, elles pourraient bien vous servir un jour ou l'autre.
Présentation de l'Internet des objets et de son écosystème.

IoT ou Machine to Machine ?

L'Internet des objets, ou IoT (Internet of Things) et le Machine to Machine (M2M) ont le même objectif : rendre communicants des objets " physiques ". Désormais, de simples appareils du quotidien peuvent transmettre des informations vers une autre machine sans avoir à passer par un être humain : une voiture vers une chaîne Hi-Fi, un téléphone vers des chaussettes connectées...
Ces connexions se font par Bluetooth, Wi-Fi, NFC ou encore par le réseau mobile. Lorsque l'on parle de Machine to Machine, on fait souvent référence à l'usage d'une carte SIM dédiée, dite M2M. Celle-ci, une fois installée dans un mobile ou bien un module spécifique, peut permettre des transmissions de données sur de très longues distances.
Et les possibilités offertes sont illimitées ! Télérelevés de compteurs,voitures connectées, capteurs installés dans des champs, suivi de personnes apnéiques du sommeil...

NFC, RFID... que cachent ces acronymes ?

Plusieurs types de connexions sont possibles pour donner corps à l'Internet des Objets. Certains d'entre eux, caractérisés par des acronymes, nécessitent d'être explicités. C'est notamment le cas du RFID et du NFC :

- RFID : ou Radio-identification, est une manière de récupérer des données à distance à l'aide de radio-étiquettes. Ces petits marqueurs composés d'une puce et d'une antenne peuvent être insérés partout (sur des objets ou bien des êtres vivants) et permettent d'établir une identification. Vous utilisez vous-même sûrement de la RFID tous les jours sans vous en rendre compte, en badgeant pour entrer dans un bâtiment, en allumant le contact de votre voiture ou encore en validant votre titre de transport !

- NFC : ou Near Field Communication, signifie communication en champ proche. Cette technologie permet de connecter deux appareils équipés d'une puce NFC qui se trouvent à une courte distance l'un de l'autre (environ 10 cm maximum). Le niveau de transfert de données est également moins élevé que via le RFID ou bien le Bluetooth. Le NFC est en revanche très utile pour stocker des données et pour les partager de façon sécurisée à la demande de l'utilisateur (très intéressant par exemple dans le cas du paiement sans contact).

Le Cloud, pour le stockage des données

Le Cloud, ou Cloud computing, est une technologie qui permet de stocker des données sur des serveurs distants à l'aide d'Internet notamment. Facile d'utilisation, le Cloud est accessible à tous. Ces serveurs peuvent être loués à la demande, ce qui peut s'avérer très intéressant pour une entreprise. Mais surtout, le Cloud permet de s'affranchir des serveurs " physiques ", un critère à prendre en compte pour la protection de vos données personnelles et professionnelles.

Le Big Data, une conséquence de l'IoT

Une des conséquences de l'émergence de l'Internet des Objets est l'accumulation d'une masse colossale de données dans le monde. Selon le think tank IDATE, 15 milliards de machines, de terminaux et d'objets étaient connectés à Internet en 2012. Et les chiffres vont en s'accroissant. La principale conséquence de cette explosion du volume de données est l'apparition du Big Data. De nombreuses sociétés proposent des solutions pour exploiter et analyser ces " grosses données ", lesquelles s'avèrent notamment très intéressantes pour le marketing (améliorer la connaissance client, etc.), les sciences (recherches médicales, etc.) ou encore la finance (gestion des risques, etc.).
Mais qu'est-ce qui distingue le Big Data des données habituellement exploitées par les entreprises ?
Pour parler de Big Data, on dit souvent qu'il faut retrouver les 3V, à savoir le Volume (quantité de données), la Variété (différents types de données) et la Vélocité (fréquence entre le moment où les données sont créées puis partagées).

Ça y est, désormais tous ces termes liés à l'Internet des Objets ne devraient plus vous poser de problèmes !