Le vendeur professionnel est tenu à une obligation d'information et de conseil à l'égard de ses clients. Cette obligation lui impose notamment de se renseigner sur les besoins de l'acheteur de façon à pouvoir informer ce dernier de l'aptitude ou de l'adéquation du bien proposé à l'utilisation qui en est prévue.
En cas de non-respect de son devoir de conseil, le vendeur est susceptible d'être condamné à verser des dommages-intérêts à l'acheteur. Dans certains cas graves, les juges peuvent même annuler la vente.

Toutefois, cette obligation d'information connaît des limites ! Elle ne pèse, effectivement, sur le vendeur que lorsque l'acheteur est un profane (un particulier ou un professionnel qui n'est pas dans son secteur d'activité), c'est-à-dire qui ne dispose pas de la compétence lui permettant de juger par lui-même de la portée exacte des caractéristiques techniques du bien et de son adaptation à l'usage auquel il est destiné.

C'est ainsi que, dans une affaire récente, les juges n'ont pas donné gain de cause à une société spécialisée dans les travaux publics et l'exploitation de carrières qui avait engagé une action en justice contre un vendeur professionnel auquel elle avait acheté une machine de chantier. En effet, suite aux modifications importantes qu'elle avait effectuées sur cette machine et qui avaient endommagé celle-ci, la société reprochait au vendeur de ne pas l'avoir informée des conséquences que pourraient avoir certaines interventions sur la machine (adjonction d'un godet plus lourd que le godet d'origine et d'un contrepoids supplémentaire).

Les juges n'ont toutefois pas considéré que le vendeur professionnel avait manqué à son obligation d'information. Outre le fait qu'elle employait sa propre équipe de mécaniciens et avait connaissance du manuel du fabricant de la machine litigieuse, cette société, relevant pourtant d'une autre spécialité que le vendeur, disposait, selon les juges, des moyens nécessaires pour apprécier « la portée exacte des caractéristiques techniques du dispositif en cause » et donc les répercussions, dues aux modifications qu'elle avait réalisées, sur les pièces de la machine.

Cassation commerciale, 22 mars 2017, n° 15-16315