Selon cette étude Kantar Sofres réalisée pour le Comité de la Charte du don en confiance, 54% des Français font confiance aux associations et fondations qui font appel aux dons, soit une baisse de deux points par rapport à l'an passé.

Dans le détail, 81% des personnes interrogées ont déclaré faire confiance aux associations de défense des consommateurs, sept sur dix aux collectivités locales, 56% aux entreprises, 54% aux associations et fondations faisant appel aux dons, 42% aux syndicats, 22% aux médias et 10% aux partis politiques.

"Depuis plusieurs années, la confiance à l'égard des partis politiques et des médias s'effrite", analyse ce baromètre mené pour la 10e année. "La confiance à l'égard des syndicats s'accroît (+4 points) alors que celle à l'égard des entreprises, toujours nettement supérieure, recule (-6 points) en 2017, ce qu'il faut relier au contexte politique et au débat autour de la préparation des ordonnances concernant le code du travail".

Plus d'un Français sur deux (58%) se dit donateur: 43% donne régulièrement (une ou plusieurs fois par an) et 15% occasionnellement.  

Les critères jouant le plus sur la confiance sont le contrôle exercé sur les associations (76%), la rigueur de leur gestion des dons (71%), qu'elles affichent clairement leur mission et qu'elles s'y tiennent (70%), et l'efficacité de leurs actions (69%). 

Les associations et fondations faisant appel aux dons disposent d'un capital confiance supérieur à celui des pouvoirs publics pour protéger les animaux (79% contre 12%), soutenir des projets dans les pays en développement (56% contre 28%), lutter contre la pauvreté et l'exclusion (54% contre 31%), venir en aide aux personnes malades ou handicapées (50% contre 39%) notamment. 

A l'inverse, les pouvoirs publics sont crédités de davantage de confiance pour agir pour la protection de l'enfance (48% contre 39% pour les associations), promouvoir la culture et la rendre accessible à tous (49% contre 37%), lutter contre l'échec scolaire (53% contre 33%) et agir pour l'accès à l'emploi (55% contre 24%).

Enquête réalisée auprès de 1.013 personnes (méthode des quotas), en face à face du 25 au 29 août.