Selon le ‘US Bureau of Labor Statistics', en 2020 environ 65 millions d'américains seront des travailleurs indépendants soit 40 % de la population active. Le chiffre semble élevé de ce côté de l'atlantique mais est finalement assez cohérent à la lecture de nombreux articles relatifs à l'évolution du marché du travail aux États-Unis. En France, facteurs économiques ou tout simplement choix de vie devraient favoriser l'augmentation de leur nombre. Le salariat n'est plus la règle. Mieux, il n'est plus un objectif pour toute une génération.

Explosion du 'coworking'

Les évolutions technologiques ont permis l'émergence de nouvelles façons de travailler mais aussi  de nouveaux types d'environnements de travail. De nombreux ‘lieux' ont ouvert leurs portes dans le monde. On parle le plus souvent pour les désigner d' ‘espaces de coworking' ou de télécentres. On les trouve généralement dans les grandes villes, parfois dans des zones rurales. Le concept : des espaces de travail ouverts à tous  (contre cotisation) bénéficiant d'un réseau internet de qualité, d'outils de bureautiques mais aussi et avant tout permettant de travailler ‘ensemble'. L'une des difficultés du travailleur indépendant est d'exercer son activité chez lui, seul ; ces espaces lui permettent de retrouver un véritable environnement de travail et de socialisation. Rejoindre ces lieux, c'est s'ouvrir à de nouvelles rencontres professionnelles et profiter de l'esprit créatif  qui y règne souvent. L'un des endroits le plus emblématique en France est ‘la Cantine'. Outre un espace de travail, ce lieu parisien est devenu au fil des années une plateforme d'échange où des intervenants variés viennent présenter leurs projets et en discuter. Au final, ce lieu comme beaucoup d'autres aujourd'hui, offre un instantané intéressant de ce qui se passe dans une zone géographique donnée. On compte aujourd'hui 90 000 coworkers dans le monde.

L'étape suivante : des entreprises qui ouvrent leurs portes

Les grandes entreprises ne sont pas insensibles à ce phénomène de coworking ; certaines essaient déjà de surfer sur la vague. Dans une économie où il est vital d'innover pour survivre, il devient indispensable de disposer de radars suffisamment puissants pour capter, anticiper les grandes tendances du moment sans quoi c'est la mort subite assurée. Les grosses structures ont l'inconvénient de générer des environnements de travail qui fonctionnent en vase clos, conséquence, les ‘antennes internes' sont souvent trop faibles et ne parviennent pas à ‘écouter' correctement. Deux solutions : soit les entreprises encouragent leurs salariés à ‘prendre l'air' soit, et c'est ce nouveau phénomène qui nous intéresse, elles ouvrent sur leurs sites, des espaces de travail à des personnes externes. C'est le cas de l'entreprise Zappos par exemple. On parle ici de cas isolés mais on peut imaginer que cette pratique se développera dans les années à venir. Le bénéfice pour l'entreprise qui met en place ce type de dispositif est immédiat : identifier et recruter les bons éléments (en attirant une population d'étudiant par exemple), développer la créativité au sein de l'entreprise en favorisant les échanges avec l'extérieur...

Dans le même esprit, dans le secteur du web notamment, certaines entreprises choisissent d'héberger des ‘jeunes pousses' (Microsoft notamment). Échange de bon procédé : contre hébergement, le créateur bénéficie d'un appui logistique et d'une rampe de lancement si son produit est commercialisé.

Pour en savoir plus :
    Exemple d'espace de coworking aux Etats-Unis
    Le site du coworking francophone
    La cantine à Paris
    la cantine à Nantes
    Télécentres cantal