4e employeur privé de France, le secteur de l'hôtellerie-restauration est au coeur de l‘économie française. Ouvrir un hôtel est un projet ambitieux qui demande une bonne préparation. Voici les clés pour une feuille de route réussie.

L'étude de marché

C'est une étape fondamentale dans l'élaboration de votre projet. Une analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats) vous permettra d'établir les axes stratégiques de votre projet. Ce double diagnostic (interne et externe) vous sera utile pour évaluer le potentiel de votre activité, l'environnement concurrentiel ainsi que l'état du secteur hôtelier. De cette étude découlera votre business plan et le concept de votre futur établissement.

L'emplacement

Ouvrir un hôtel passe aussi par le choix du bon emplacement, celui qui vous permettra d'être visible, et d'attirer la clientèle. Vérifiez en amont auprès de la Préfecture ou de la Mairie qu'aucun plan de travaux n'est prévu dans les années à venir, au risque d'assombrir vos débuts dans le secteur.

L'investissement

Ouvrir un hôtel demande un investissement conséquent, à la fois financier et humain. Vous allez devoir réunir les fonds nécessaires pour acheter l'établissement, financer les éventuels travaux, recruter le personnel et vous faire connaître. Votre investissement humain reposera sur votre capacité à être un bon manager, un bon gérant mais aussi un excellent commercial. La polyvalence est une compétence clé dans le secteur de l'hôtellerie-restauration.

Les démarches règlementaires

Avant l'ouverture, vous devez avoir au préalable fait une déclaration auprès de la préfecture du département de votre lieu d'implantation. L'immatriculation au registre du commerce est également indispensable avant d'ouvrir un hôtel, tout comme la déclaration d'existence aux contributions indirectes et les formalités sociales (déclarations d'embauche, assurances, retraites, URSSAF, ASSEDIC...).

Les assurances de biens (incluant la responsabilité civile) sont obligatoires. Les assurances de personnes, bien que non obligatoires, sont aussi fortement recommandées pour vous protéger en cas de maladie, accident, etc. D'autres assurances propres au secteur de l'hôtellerie sont également indispensables : le contrat d'assurance décès invalidité, la garantie perte d'exploitation, le contrat ALEA (Atteinte aux Liaisons, à l'Environnement et à l'Activité), le contrat de protection juridique et enfin l'assurance décennale (en cas de travaux).

Sécurité et accessibilité

En tant qu'hôtelier, vous êtes à la tête d'un établissement recevant du public (ERP), ce qui vous soumet à différentes normes en matière de sécurité et d'accessibilité. Votre hôtel doit respecter les normes ERP en matière d'aménagement, de matériaux utilisés, d'issues de secours, éclairages, capacité d'accueil, alarmes, etc. Vous devez aussi assurer la sécurité de votre personnel en procédant à l'évaluation des risques de votre établissement, à transcrire dans un " Document Unique " (décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001).
Enfin, depuis le 1er janvier 2015 tous les ERP doivent être accessibles à toute personne souffrant d'un handicap, quel qu'il soit (loi n° 2005-102 du 11 février 2005).

Parmi les autres règles à respecter...

Vous devrez appliquer les règles sanitaires en vigueur dans votre département. Par ailleurs, si vous pouvez librement déterminer les prix de votre établissement, leur affichage (TTC et service compris) est obligatoire à l'extérieur de l'hôtel, à la réception, à la caisse et dans chaque chambre (arrêté du 18 octobre 1988). N'oubliez pas d'obtenir la licence requise pour la vente de boissons alcoolisées, ainsi que le permis d'exploitation (valable 10 ans renouvelables).