EIRL, EURL, SARL, SAS, ou SA … Comment choisir le statut juridique de votre entreprise ? Vous devez réfléchir à la solution la plus pertinente pour porter votre projet. De cette décision dépendra votre futur statut fiscal et social, ainsi que votre responsabilité de chef d'entreprise.

Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Si vous vous lancez seul, vous pouvez opter pour l'Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL). Le statut de votre entreprise se caractérise par une direction assumée par l'entrepreneur individuel (vous). Vous appartenez au régime des travailleurs non-salariés (TNS), et le statut fiscal de votre entreprise soumet vos bénéfices à l'impôt sur le revenu, ou à l'impôt sur les sociétés (auquel cas votre rémunération est déductible du bénéfice imposable).
Le statut juridique de votre entreprise vous permet aussi d'opter pour une micro-entreprise en fonction de votre chiffre d'affaires. Vous êtes responsable solidairement et indéfiniment des dettes de votre entreprise. Toutefois, vous pouvez protéger vos biens immobiliers (résidence principale par exemple) en effectuant devant notaire une déclaration d'insaisissabilité pour non usage professionnel.

Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

Ce statut de l'entreprise est proche de l'EIRL, dans la mesure où il vous permet de créer votre société sans avoir à vous associer, et avec un capital social faible. Mais, il fonctionne comme une SARL : vous pouvez donc vous doter d'un gérant pour assurer la direction de votre entreprise.

Le statut juridique de votre entreprise vous permet de choisir entre l'imposition sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Vos responsabilités se limitent au montant de vos apports. Votre gérant, quant à lui, est responsable civilement et pénalement des fautes commises dans l'exercice de ses fonctions.

Société A Responsabilité Limitée (SARL)

C'est la forme de société la plus répandue en France aujourd'hui. Ce statut juridique de votre entreprise vous permet de créer une société avec un petit budget, et répond aux mêmes caractéristiques que l'EURL. Seules différences, si vous choisissez la SARL comme statut juridique de votre entreprise :
-    vous pouvez avoir entre 2 et 100 associés ;
-    vous êtes obligé de confier la direction de votre entreprise à un gérant, qu'il soit associé ou non ;
-    vos associés sont également responsables en fonction du montant de leurs apports.

Société Anonyme (SA)

Ce statut de l'entreprise est réservé aux projets ayant un très fort potentiel, qui nécessitent des capitaux importants. A l'inverse des statuts précédents, plus « familiaux », il s'agit d'une société dite « de capitaux » : vous êtes lié à vos associés par les capitaux investis. Ce statut de l'entreprise vous confère une légitimité auprès des investisseurs et des banques, ce qui vous permet de lever des fonds, mais il est assez difficile à mettre en place.

Vous devez avoir :
-    Au moins 7 associés, sans limitation maximum ;
-    Recourir au minimum à un commissaire aux comptes ;
-     Mettre en place un fonctionnement assez coûteux : assemblée générale, conseil d'administration, directoire…

Société par Action Simplifiée (SAS)

C'est la forme juridique la plus attractive. Avec une SAS, le statut de votre entreprise vous offre les garanties de la SA pour les investisseurs, et une souplesse de fonctionnement proche de la SARL.

Vous devez être au minimum 2 associés, et vous n'avez pas de capital minimum à investir. Vous n'êtes pas obligé de recourir à un commissaire aux comptes, et vous bénéficiez d'une grande liberté statutaire.