Au 1er janvier 2016, toutes les entreprises françaises auront l'obligation de proposer une mutuelle de santé de base à leurs salariés. Quelles sont les précautions à prendre afin d'éviter les mauvaises surprises financières ou sociales ? Voici des conseils judicieux afin de choisir la bonne assurance complémentaire santé pour son entreprise.

Commencer à réfléchir dès à présent

L'Accord National Interprofessionnel négocié par la Loi du 14 juin 2013 relative à la Sécurisation de l'emploi modifie profondément la protection sociale des salariés. Depuis le 11 janvier 2013, les employeurs savent que la complémentaire santé sera généralisée à tous les employés du secteur privé à l'horizon de 2016. Les entreprises devront financer au moins 50 % d'une couverture santé collective pour l'ensemble du personnel. Il s'agit véritablement d'une avancée notable pour les 3 à 4 millions de salariés qui n'ont pour le moment aucune mutuelle. Les contours de la réforme se précisent davantage avec la publication le 10 septembre 2014 d'un décret mentionnant les prestations qui devront obligatoirement figurer dans le contrat. N'attendez pas plus longtemps pour choisir la complémentaire santé de votre entreprise afin de ne pas vous précipiter au dernier moment. En prenant le temps, vous serez en mesure de comparer les offres présentes sur le marché actuel.

Viser le bon rapport qualité-prix

Le tarif d'une complémentaire santé varie d'un contrat à l'autre en fonction du niveau de prise en charge et du type d'actes médicaux remboursés. Pour autant, les compagnies d'assurance proposent un large panel de formules pour permettre à toutes les entreprises de trouver la complémentaire santé qui convient à leurs salariés. L'employeur peut même offrir la possibilité de souscrire des options individuelles supplémentaires. A vous d'estimer le juste équilibre entre le budget qu'il vous en coûtera et les exigences qu'auront les salariés. Vous prendrez en compte la nature du secteur d'activité, le taux de féminisation et l'âge moyen du personnel, l'offre de soins locale pour choisir le meilleur remboursement. Par exemple, un magasin de vêtements d'une petite ville provinciale employant cinq vendeurs ne souscrira pas les mêmes garanties qu'une start-up parisienne. Dans le même ordre d'idée, une entreprise employant beaucoup de célibataires a plutôt intérêt à opter pour une offre déployant plusieurs prix selon la situation familiale, avec un coût plus faible pour un célibataire qu'un couple marié avec enfants.

Se renseigner sur les tarifs pratiqués dans la région d'habitation des salariés

La complémentaire santé pour laquelle vous opterez doit permettre aux salariés de se soigner sans se soucier de leurs finances. Il est important d'étudier les coûts et la diversité de l'offre de soins pour un remboursement optimal. Informez-vous sur les tarifs mis en place par les médecins spécialistes dans la domiciliation du personnel. Si la majorité de vos salariés porte des lunettes et qu'il faut parcourir plus de 100 kilomètres pour consulter un ophtalmologue ne pratiquant pas de dépassements d'honoraires, il peut être judicieux d'adhérer à une mutuelle comportant un bon niveau de garantie pour ce cas précis.

Faire jouer la concurrence

Il n'existe pas de contrat de mutuelle idéal. Depuis la généralisation de la complémentaire santé, les organismes d'assurance multiplient leurs offres. N'hésitez pas à comparer les produits et services associés pour satisfaire au mieux votre personnel avec une mutuelle adaptée à leurs besoins. Il est utile de confronter non seulement les tarifs mais aussi le niveau de protection, les délais de remboursement et les soins et dépenses médicales qui sont pris en charge. Si un de vos salariés doit se rendre à l'hôpital, il sera soulagé de savoir que sa mutuelle finance son séjour. Les travailleurs apprécieront ne pas être contraints d'avancer les frais médicaux. Pour cela, assurez-vous que la formule comporte le tiers payant. Le mieux reste de contacter un courtier d'assurance collective qui comparera toutes les offres conformément à vos critères.