Samsung a connu une fin d’année 2016 difficile en raison des problèmes en lien avec le Galaxy Note 7, et plus précisément avec les batteries de ce dernier. Décidée à ne pas reproduire les erreurs du passé, la firme sud-coréenne a lancé une enquête et mis au point une nouvelle procédure de vérification plus rigoureuse. Le point sur les principales mesures prises par Samsung pour garantir la sécurité de ses terminaux.

Pourquoi certaines batteries ont-elles explosé ?

Les batteries lithium-ion comportent deux électrodes : une cathode en oxyde métallique et une anode en graphite. Lorsqu’elles fonctionnent, des ions lithium circulent entre ces deux éléments en utilisant un électrolyte liquide, un produit pouvant devenir très corrosif au contact de l’air.

Ce n’est cependant pas le principal défaut de ces batteries. Il arrive aussi qu’elles chauffent anormalement. Lorsque cela arrive, elles peuvent finir par s’embraser. Encore plus lorsqu’elles présentent des malfaçons ou lorsqu’elles ont été produites trop rapidement.

Les mesures prises par Samsung

Samsung a donc profité de la présentation des résultats de son enquête pour lever le voile sur une nouvelle procédure de vérification visant expressément les batteries produites par la firme et par ses partenaires.

Désormais, ces composants feront tous l’objet d’une vérification systématique et rigoureuse reposant sur huit étapes différentes.

Le constructeur commencera ainsi par effectuer des tests de durabilité afin de s’assurer que ces batteries soient en mesure de résister aux températures extrêmes et aux chocs. Ensuite, il procèdera à des inspections visuelles régulières sur les chaînes de production. Elles seront complétées par des analyses aux rayons x afin de déceler d’éventuelles anomalies à l’intérieur des batteries. En parallèle, plusieurs tests de charge et de décharge seront menés. Certains d’entre eux viseront plus précisément le processus de charge rapide.

Afin de parfaire l’examen, la firme procèdera à des tests TVOC (total de composés organiques volatils) pour détecter d’éventuelles fuites, mais aussi à des tests OCV (Open-Circuit Voltage) pour déceler des variations de tension pouvant mettre en péril l’intégrité de la pièce. Plusieurs tests de démontage auront enfin lieu à intervalles réguliers.

Ces différentes mesures de contrôle permettront à Samsung d’évaluer la qualité de la pièce et notamment celle de son ruban isolant.

Le Galaxy S8 sera le tout premier appareil de la marque à profiter de cette nouvelle procédure de vérification. C’est d’ailleurs pour cette raison que le lancement du terminal a été décalé de plusieurs